Elles n'avaient pas marché ensemble depuis sept ans.

Des membres du collectif des veuves de l'amiante défilent, le 18 mars 2010 dans les rues de Dunkerque, pour protester contre les lenteurs administratives du traitement de leur dossier.
Des membres du collectif des veuves de l'amiante défilent, le 18 mars 2010 dans les rues de Dunkerque, pour protester contre les lenteurs administratives du traitement de leur dossier. © AFP / DENIS CHARLET

Les veuves de l’amiante se remettent en marche aujourd’hui, à Dunkerque. Rendez-vous est donné à 10h, Place de la République. Des centaines de personnes sont attendues.

Guy, Jean-Pierre et Pierre, membres de l'Association de victimes de l'amiante ARDEVA dans leurs locaux à Dunkerque, devant une photo des chantiers navals
Guy, Jean-Pierre et Pierre, membres de l'Association de victimes de l'amiante ARDEVA dans leurs locaux à Dunkerque, devant une photo des chantiers navals © Radio France / Julie Piétri

Les veuves tiendront dans leurs mains des pancartes avec la photo de leurs défunts maris, ouvriers sur les chantiers navals ou électriciens dans la sidérurgie. Tous frappés par des cancers foudroyants, notamment de la plèvre ou des poumons. Près de vingt ans après le dépôt des premières plaintes elles demandent un vrai procès au pénal pour condamner les responsables, et rapidement. Car dans le Nord-Pas-de-Calais, l’association de victimes Ardeva, à l’origine de la marche, perd de plus en plus de ses membres.

Rosalba, veuve depuis 2004. Son mari, Jean avait travaillé près de 40 ans comme électricien dans des usines sidérurgiques à Longwy et Dunkerque. Il est mort d'un cancer après avoir pris sa retraite
Rosalba, veuve depuis 2004. Son mari, Jean avait travaillé près de 40 ans comme électricien dans des usines sidérurgiques à Longwy et Dunkerque. Il est mort d'un cancer après avoir pris sa retraite © Radio France / Julie Piétri
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.