Emmanuel Macron en avait fait une promesse de campagne : dédoubler les classes de CP et de CE1 dans l'éducation prioritaire.

A l'école Jacques Prévert, dans une classe de CP de 13 élèves seulement, tous ne sont pas encore lecteurs, mais ils ont en moyenne 4 à 6 semaines d'avance sur leurs apprentissages.
A l'école Jacques Prévert, dans une classe de CP de 13 élèves seulement, tous ne sont pas encore lecteurs, mais ils ont en moyenne 4 à 6 semaines d'avance sur leurs apprentissages. © Radio France / Sonia Bourhan

La mesure est appliquée depuis septembre dans les CP des écoles Rep, c'est-à-dire les plus défavorisées. Le président avait fixé l'objectif de 100% de réussite au CP. À l'issue du 1er trimestre, quel bilan ? Reportage à l'école Jacques Prévert dans le quartier des Tarterêts à Corbeil-Essones, au sud de Paris, dans une classe de CP de 13 élèves seulement.

Ici, selon leur enseignant Vincent Verrat, les élèves commencent à bien déchiffrer. Tous ne sont pas encore lecteurs, mais ils ont en moyenne 4 à 6 semaines d'avance sur leurs apprentissages. Les enfants travaillent par atelier, avec des groupes par niveau de lecture.

La pédagogie n'est pas la même pour une douzaine d'élèves ou pour 25. Les professeurs ont donc des stages de formation. Et pour les élèves aussi, c'est très différent. Ils retrouvent parfois une classe entière.

Ces petites classes sont en tout cas très appréciées par les parents. Eric Breton, le directeur de l'école Jacques Prévert, trouve que cela améliore aussi les relations : "Les familles considèrent qu'elles ont beaucoup de chance d'être dans des écoles Rep+. Ça donne une grande confiance dans l'école et des résultats absolument remarquables..."

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.