Le président turc Recep Tayep Erdogan sera à Paris vendredi, pour rencontrer Emmanuel Macron et évoquer les relations France - Turquie. De nombreux Turcs fuient leur pays pour la France, depuis le putsch de 2016 et les véritables purges envers les opposants politiques au régime.

Le président français abordera la question des droits de l'homme avec son homologue turc
Le président français abordera la question des droits de l'homme avec son homologue turc © AFP / Ludovic Marin

Emmanuel Macron recevra le président turc Recep Tayep Erdongan à Paris, ce vendredi. Une visite en France alors que la Turquie purge les opposants politiques d'Erdogan parmi les fonctionnaires, les journalistes ou encore les universitaires.

Plus d'un milliers d'entre eux sont accusés de propagande du terrorisme pour le simple fait d'avoir signé en janvier 2016 une pétition pour la paix, dénonçant les opérations militaires menées par Erdogan dans le sud de la Turquie. Certains ont préféré quitter le pays face aux pressions. C'est le cas de Buket Turkmen, sociologue depuis 23 ans à l'université de Galatasaray. Elle enseigne maintenant en France.

Elle est appelée à comparaître devant un tribunal en mars, tout comme 1127 autres universitaires. Des procès purement politiques, estime Ibrahim Kaboglu. Cet éminent professeur de droit constitutionnel exerçait depuis 30 ans à la faculté de Marmara à Istanbul. Il a été licencié et risque de perdre tous ses droits civiques pour avoir signé la pétition : "C'est une sorte d'élimination des intellectuels, explique-t-il, des gens qui pourraient aider à la création d'une opinion publique libre. La multiplication de ces procès ne peut être interprétée de façon isolée des élections législatives et présidentielles." Des élections prévues pour 2019.

Il espère à présent que la France abordera ces répressions lors de  la visite d'Erdogan à Paris. D'après l'entourage du président Emmanuel Macron, la question des Droits de l'Homme sera abordée lors de ses entretiens avec son homologue turc.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.