Ils vont quitter la terre ferme pour une traversée en solitaire : pour France Inter, le navigateur Tanguy de Lamotte et l'astronaute Thomas Pesquet échangent leurs expériences

Dialogue, via Skype, entre Thomas Pesquet (sur l'écran) et Tanguy de Lamotte
Dialogue, via Skype, entre Thomas Pesquet (sur l'écran) et Tanguy de Lamotte © Radio France / Jérome Val

Les jours à terre sont comptés pour les 29 marins du Vendée Globe : le tour du monde à la voile en solitaire, sans escales et sans assistance partira dimanche 6 novembre des Sables d’Olonne. Et cette course donne parfois lieu à des échanges inédits, comme celui entre l’un des skippers, Tanguy de Lamotte, qui va partir pour 3 mois en mer, et l’astronaute français Thomas Pesquet, qui, lui, s’apprête à rejoindre la station spatiale internationale pour une mission de plus de 6 mois dans l’espace.

Dernier dialogue avant la solitude

Les deux hommes se sont rencontrés sur terre cet été, et depuis, ils souhaitent confronter leurs aventures respectives, avec un dernier dialogue à distance avant la solitude. Thomas Pesquet est entré en quarantaine il y a trois jours : déplacements limités, visites restreintes sur la base de Baïkonour en plein désert kazakh. L’inverse de Tanguy de Lamotte, qui se retrouve au milieu de la foule et de la cohue depuis trois semaines, sur les pontons des Sables d’Olonne.

Pourtant, une fois l’aventure lancée pour les deux hommes, place à la solitude et au confinement. D’ailleurs à certains moments, dans les mers du sud, l’homme le plus proche de Tanguy de Lamotte sera… Thomas Pesquet, à 450 km au-dessus de sa tête : grâce aux progrès technologiques, les deux hommes pourront aussi se suivre durant la course, histoire de prolonger ce dialogue peu ordinaire.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.