Ouverte depuis un an, l'auto-école de Saint-Ouen-des-Alleux accueille 30% de candidats parisiens qui angoissent trop pour passer leur permis de conduire dans la capitale.

L'auto-école de Saint-Ouen-des-Alleux (Ile-et-Vilaine)
L'auto-école de Saint-Ouen-des-Alleux (Ile-et-Vilaine) © Radio France / Delphine Evenou

Un peu traumatisée par un échec au permis dans les rues de Cergy-Pontoise (Val-d'Oise), Emma, 21 ans, a arrêté de miser sur la jungle urbaine, après avoir suivi plus de cinquante heures de leçons de conduite et dépensé plus de 3 000 euros.

L’étudiante parie aujourd’hui sur les départementales bretonnes, avec une session de quatre à six heures de conduite par jour sur une semaine. La monitrice, Noëlle Bourdois, n'y va de main morte dans les commentaires, mais la méthode fonctionne : Emma n'a plus peur de prendre le volant, une première victoire pour elle.

Emma, 21 ans, tente sa chance à 300 kilomètres de Cergy-Pontoise où elle a échoué une première fois après 50 heures de conduite
Emma, 21 ans, tente sa chance à 300 kilomètres de Cergy-Pontoise où elle a échoué une première fois après 50 heures de conduite © Radio France / Delphine Evenou

Ces Parisiens désespérés, Noëlle Bourdois les a d’abord acceptés pour faire tourner sa voiture d'apprentissage, le temps que ces premiers élèves bretons passent le code, au moment de l'ouverture de son auto-école en septembre 2018. Les "expatriés" constituent aujourd’hui 30% de sa clientèle. L'instructrice garde 70% de ses places pour les clients locaux afin de ne pas les défavoriser. Elle fait aussi payer les Parisiens quelques euros de plus (49 euros l'heure de conduite, contre 42 pour les Bretons). Face à ces touristes un peu particuliers, la mairie de la commune bretonne a décidé de rénover une maison afin de permettre aux candidats lointains de se loger facilement. 

30% de la clientèle de Noëlle Bourdois vient de région parisienne
30% de la clientèle de Noëlle Bourdois vient de région parisienne © Radio France / Delphine Evenou

Et Saint-Ouen-des-Alleux n’est pas un cas isolé. Gers, Lozère, Corse : Arye Bismuth, le patron de la plateforme internet "Passer mon permis en province", envoie chaque mois une centaine de clients aux quatre coins de la France. Le jeune entrepreneur de 24 ans est parti de sa propre expérience, après avoir échoué à l'examen à Villepinte. 

Selon les chiffres de la Sécurité routière, le taux de réussite au permis est inférieur à 50% dans les grandes métropoles, il peut dépasser les 80% dans les communes de moins de 30 000 habitants. 

Jeune fille apprenant à conduire (image générique)
Jeune fille apprenant à conduire (image générique) © Getty / Hero Images
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.