Un reportage de Yann Gallic

Elles entament leur treizième jour de grève de la faim. Une dizaine de femmes originaires de Djibouti sont rassemblées dans un local associatif à Arcueil en région parisienne.Depuis le 25 mars, ces réfugiées politiques ont cessé de se nourrir pour dénoncer les viols dans leur pays . Selon elles, des centaines de femmes ont été violées par des militaires ces 25 dernières années , notamment dans les régions où opère un mouvement de rébellion armée, opposé au gouvernement. Ces grévistes de la faim espèrent aujourd'hui l'aide de la France pour faire pression sur les autorités djiboutiennes.

Le gouvernement de Djibouti rejette ces accusations estimant qu'il n'y a "aucune preuve" sérieuse. Il dénonce "une manœuvre politique" à quelques jours de l'élection présidentielle qui doit se tenir le 8 avril prochain.

Djibouti
Djibouti © Radio France / Manon Paulic
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.