À Béni, dans le nord est de la République Démocratique du Congo, épicentre de l’épidémie d'Ébola, les équipes de santé se battent tous les jours face à un ennemi invisible. Reportage dans un centre de traitement.

A Béni, dans le nord est de la République Démocratique du Congo, épicentre de l’épidémie d'Ebola, les équipes de santé se battent tous les jours face à un ennemi invisible.
A Béni, dans le nord est de la République Démocratique du Congo, épicentre de l’épidémie d'Ebola, les équipes de santé se battent tous les jours face à un ennemi invisible. © AFP / John WESSELS

Ébola, c’est un combat entre le virus et le malade. Et un seul vainqueur. Au milieu, les soignants font ce qu’ils peuvent et entrent chacun leur tour dans une des 11 chambres bio-sécurisées, l'une des innovations déployées pour lutter contre cette nouvelle épidémie d’Ébola en République démocratique du Congo. Le docteur Junior Ikomo est médecin pour l’ONG Alima. "Ça ressemble à un cube de plastique transparent où il y a une pression négative de l'extérieur. Le virus ne sort pas. Il reste dans ce tube là. Cela nous permet de respecter ce protocole de bio-sécurité".

Dans la chambre numéro cinq, Gina n’a plus à se préoccuper des risques de contamination, elle a survécu à Ébola et est immunisée. Elle tient serré contre sa poitrine un petit miracle : Bénédicte, un des rares nourrissons qui a vaincu Ébola dès la naissance. Selon les médecins, ils ne seraient que deux dans le monde. Sa mère est morte en accouchant, c’est Gina qui est en permanence avec Bénedicte :

Moi je suis immunisée, j’ai été guérie, je n’ai pas besoin de la combinaison, c'est bien plus facile avec les jeunes enfants. C'est normal que je fasse ça !

Aujourd’hui, il n’existe pas de traitement spécifique contre le virus. Mais quatre molécules prometteuse sont efficaces contre Ébola. Un essai clinique a été lancé, c’est une première mondiale sur une épidémie en cours. Le docteur Sinaré est l'un des superviseurs : "L'objectif principal de cet essai, c'est de voir quel est le meilleur médicament possible."

Pour tenter d’enrayer l’épidémie, des vaccins expérimentaux ont aussi été déployés. Près de 40 000 personnes ont pour l'instant été vaccinées. Mais malgré, cela le virus progresse. Ébola a déjà tué près de 300 personnes depuis le depuis de l’été.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.