Pour beaucoup d'entre nous, c'est le moment de claquer la porte du bureau. Mais alors que le marché du travail tourne au ralenti, les demandeurs d'emploi se retrouvent face à un dilemme : prendre des vacances ou poursuivre les recherches ?

Selon Pôle Emploi, les embauches reprennent en septembre, à un rythme 60% plus soutenu que la moyenne des autres mois de l'année.
Selon Pôle Emploi, les embauches reprennent en septembre, à un rythme 60% plus soutenu que la moyenne des autres mois de l'année. © Maxppp / Christophe Morin

Laureen, 40 ans, cherche un emploi d'ingénieure informatique. Elle a décalé ses vacances au mois de juin, pour profiter de l'accalmie estivale et rechercher "sereinement" en juillet et août. Si elle ne se décourage, elle s'est toutefois aperçu que ses démarches sont moins fructueuses que le reste de l'année, avec seulement "deux entretiens pour dix demandes", contre "huit sur dix"habituellement

20% de nouvelles offres en moins

Beaucoup de recruteurs sont en vacances. Alors, avec "environ 20% d'offres nouvelles en moins que les autres mois de l'année", les mois de juillet et août sont peut-être le moment de "faire une pause" pour les demandeurs d'emploi, selon Nadia qui travaille au service recrutements de Pôle Emploi, dans une agence parisienne. Cependant, lever le pied ne signifie pas qu'il faille complètement se déconnecter. Il vaut mieux "rester en veille" pour "saisir les opportunités", avise Nadia. En quête d'un poste d'ingénieur en bâtiment, Jean-Jacques, 64 ans, profite d'ailleurs de l'été pour peaufiner son dossier. Son emploi d'intérimaire se termine à peine qu'il traite déjà "les problèmes administratifs en amont" pour gagner du temps à la rentrée. À la sortie de son entretien, il affiche un sourire satisfait. "L'accompagnement est plus détendu", il y a"plus d'écoute" de la part des conseillers de Pôle Emploi, constate Jean-Jacques.

Postuler en été pour se différencier

Laetitia, est aussi de cet avis. Aux yeux de la conseillère, c'est même "le bon momentpour postuler" aux "offres proposées en juillet pour les prises de poste à la rentrée de septembre". Une façon de "se différencier des autres candidats", car "les recruteurs sont sensibles au fait que vous soyez disponibles". So, 24 ans, l'a bien compris. Déterminé à devenir cheminot à la RATP, il reste à l’affût "des remplacements, des périodes d'essai", plus nombreux en été et qui lui permettraient de "faire ses preuves". En effet, s'il y a moins de candidats, certains secteurs recrutent. C'est le cas du service à la personne, de la restauration ou encore des emplois aidés dans l'Éducation nationale.Chercher un emploi est un travail en soi. Nous conseillons aux personnes que nous accompagnons de poursuivre leurs recherches", assure Vincent Godebout. Le délégué général de l'association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) estime que "les recruteurs auront peut-être plus de temps pour repérer les compétences et les talents, plutôt que de faire une lecture rapide du CV". Pour autant, "chercher un emploi est un travail en soi, donc il est important de profiter de la période estivale pour se reposer", nuance Vincent Godebout. À condition de prévenir Pôle Emploi, les demandeurs ont le droit de s'absenter de leur domicile habituel pendant cinq semaines sur une année, en continuant à toucher leurs allocations (article R5411-10 du Code du travail). "Les vacances sont un droit, pour les chômeurs aussi", rappelle-t-il.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.