Les professionnels de la restauration et de l'hôtellerie lancent un cri d'alarme. En ce moment il manque 100 000 emplois non pourvus, dont la moitié en CDI. L'UMIH, l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie demande aux pouvoirs publics de faciliter l'obtention des autorisations de travail pour les étrangers

Comment trouver des salariés pour la restauration, un secteur en tension permanente
Comment trouver des salariés pour la restauration, un secteur en tension permanente © AFP / Jeff PACHOUD

Geoffrey Quenta gère une brasserie-restaurant dans le premier arrondissement de Paris. Il propose actuellement quatre postes en CDI : "Il nous manque un barman, deux serveurs et un cuisinier" explique-t-il mais, malgré la promesse de salaires attractifs et de possibilité d'évolutions rapide, il peine énormément à recruter. Sur les 20 salariés qu'il emploie aujourd'hui, deux tiers sont étrangers. 

"Je n'ai pas le choix, dit Geoffrey Quenta. C'est vraiment très galère parce qu'en fait on est en perpétuel recrutement et qu'il n'y a personne qui se présente malgré les annonces déposées sur le site. Sans les étrangers, on peut pas tenir en fait."

Parmi ces salariés étrangers il y a Pirate Tépanatane. Sri Lankais, le jeune homme de 30 ans a été embauché il y a près de cinq ans. Il a appris le métier et le français sur le tas. "Ici je commence au poste de barman et après je suis passé en salle. Maintenant je suis sur un poste de manager. Au début le français c'était vraiment dur, grâce à la restauration j'ai appris à parler."

Pour lui, pas de problèmes pour obtenir un titre de séjour et une autorisation de travail rapidement. Mais ce n'est pas le cas de tous. Loin de là.

Bruno Clément gère un restaurant à Thionville en Moselle, lui aussi a du mal à recruter. Il aimerait embaucher un Guinéen en cuisine, en CDI : "Il a 24 ans, des compétences et une volonté indéniable", explique-il. Problème, le casse-tête administratif qui dure depuis trois mois : "Des papiers à ne plus en finir : on me demande de justifier le pourquoi du comment je souhaite embaucher un étranger et pas un français, ce qui me fait doucement sourire parce que moi je recherche quelqu'un qui veut travailler ! Je ne recherche pas une couleur, je cherche juste quelqu'un qui a envie."

Seuls les étrangers qui bénéficient du statut de réfugiés peuvent travailler, comme tous citoyens français, sans barrière administrative. Mais ils sont une minorité.

D'où la demande de l'Union des métiers et industries de l'hôtellerie de faciliter et accélérer l'obtention des autorisations de travail pour tous les ressortissants étrangers. Message envoyé au gouvernement. Les professionnels attendent maintenant des actions concrètes

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.