L'idée est simple : prendre une bouteille, et la remplir des mégots que l'on trouve en marchant dans la rue. Lancé début août par une jeune francilienne et ses amis, le défi #FillTheBottle est devenu viral.

Défi #FillTheBottle
Défi #FillTheBottle © Amel Talha

Les réseaux sociaux ont l'habitude des défis mondiaux plus ou moins pertinents. Cette fois, c'est un challenge écologique qui ressort des tendances. Au cœur de l'été, un trio d'amis d’Île-de-France a décidé d'inciter les internautes à nettoyer la planète de ses mégots. L'idée est partie d'une photo postée par un utilisateur de Twitter. 

Ces jeunes lycéens ont alors lancé le mot clef #FillTheBottle ("remplis la bouteille") pour amplifier le mouvement et encourager ceux qui les suivent sur les réseaux sociaux à mener des actions à leur échelle. 

Amel, 18 ans, jeune bachelière et future étudiante en médecine, a ainsi invité à ses amis à se munir de bouteilles vides, marcher quelques centaines de mètres, et ramasser tous les mégots sur le chemin. La jeune femme a eu une révélation cette année, lors d'un cours de SVT sur le climat : "Je m'y intéressais déjà, mais on est allé beaucoup plus loin, et j'ai compris que la situation était urgente, catastrophique, qu'on fonçait dans le mur et qu'il fallait agir. Ça m'a indignée encore plus et ça m'a motivée à faire quelque chose de mon côté". La mobilisation de la jeune suédoise Greta Thunberg a aussi décuplé sa motivation : "Les scientifiques se battent depuis des années pour alerter. Et en un an à peine, Greta Thunberg, une simple jeune fille, a réussi à réveiller les gens et les consciences. C'est un modèle pour nous tous".

Amel est l'une des initiatrices du défi #FillTheBottle
Amel est l'une des initiatrices du défi #FillTheBottle © Radio France / Delphine Evenou

Un mégot de cigarette pollue 500 litres d'eau. La nature met douze à vingt-cinq ans à l'éliminer. C'est la deuxième cause de pollution de l'océan. Ce n'est pas anodin. Amel.

Un hashtag repris des dizaines de milliers de fois en quelques jours

Très vite, le défi devient viral et les images se multiplient, mettant le plus souvent en scène de jeunes citoyens, de plus en plus mobilisés sur les questions environnementales.  Matthieu, 16 ans, se mobilise lors des marches climat. Il a relevé le #FillTheBottle challenge tout seul : "Si tout le monde se disait que son geste ne vaut rien", explique-t-il à France Inter, "on avancerait pas, donc autant essayer, même tout seul au départ". 

Les vacanciers profitent de leur temps libre pour s'y mettre.

Même l'acteur Jamel Debbouze s'est prêté au jeu avec sa fille.

Capture d'écran du compte Instagram de Jamel Debbouze
Capture d'écran du compte Instagram de Jamel Debbouze / Delphine Evenou

Quant à la mairie de Deauville, elle s'est emparée du phénomène en proposant des tickets de piscine et de tennis aux citoyens qui se prêtent au jeu.

Un coup de pouce pour les ONG

Pour l'ONG Zero Waste France, ce type de défi est important pour toucher un public le plus large possible. "La viralité de ces challenges, quand ils sont réussis, permet d'accroître le nombre de personnes sensibilisées, analyse Julie Sauvetre, chargée de projet au sein de l'organisation. Cela peut leur donner envie de creuser la question des déchets et du réchauffement climatique. C'est complémentaire des actions menées à l'année par les ONG".

Sensibiliser au maximum, c'est l'objectif d'Amel et de ses amis, qui se prêtent volontiers aux interviews pour "faire passer le message autant que possible". La jeune femme déplore l'inaction des Etats, mais refuse de se laisser aller au fatalisme : "Il faut arrêter de rejeter la faute sur les autres, prendre les choses en main. Nous sommes huit milliards sur Terre. Huit milliards de petits gestes, ça peut changer les choses". 

En France, 30 milliards de mégots sont jetés par terre chaque année

Programmation musicale
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.