C'est un sport pour l'instant interdit de compétition en France. Souvent qualifié de dégradant ou d'ultra-violent, le MMA, "Arts martiaux mixtes", pourrait être légalisé. Dans ce spectaculaire mélange de lutte, boxe et judo, les combattants évoluent dans une cage grillagée.

Séance d'entraînement au MMA Factory, à Paris
Séance d'entraînement au MMA Factory, à Paris © Radio France / Julie Pietri

Certains frappent torse nu, d'autres en tenue moulante noire. C'est l'heure de l'entraînement au MMA Factory, salle d'entraînement du 12e arrondissement de Paris. Ici, des adeptes de MMA de tous niveaux viennent s'exercer. Une vingtaine d'hommes sont présents, ainsi qu'une femme. Marie-Laure, 25 ans, est étudiante en médecine :

J'aime la bagarre mais pas au point de faire saigner ou de casser quelque chose. Ce n'est pas le but. 

En MMA, les coups de pied, poing, coude, genoux sont permis. Les coups à terre aussi. Mais Johan Segas, professionnel de 25 ans, n'y voit pas les signes d'un sport violent ou extrême. 

Je viens du judo et je trouve que le MMA est en fait moins traumatique. C'est tellement varié !  On est moins sur une pratique avec des répétitions de mouvements. Je trouve que c'est plus complet et donc plus sûr. 

Il estime que le ring un peu spécial, la "cage" comme on l'appelle, n'a rien de dégradant. Pour lui et les autres adeptes présents dans cette salle, ces grilles empêchent en fait d'être projeté loin et de se blesser. 

Le MMA n'est aujourd'hui pas légal en France
Le MMA n'est aujourd'hui pas légal en France © Radio France / Julie Pietri

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu est venue ici en début d'année pour mieux cerner cette pratique. "Elle est restée plus de trois heures" raconte Fernand Lopez, entraîneur en MMA. Il attend la légalisation de la discipline :

"La plupart des athlètes souhaiterait combattre sur le territoire, participer à des compétitions le week-end, avec leurs familles dans les gradins. 

"Au delà de ça, ce serait aussi la reconnaissance de l'État et donc la possibilité d'avoir des subventions, explique Fernand Lopez. Aujourd'hui, quand les athlètes vont en compétition à l'étranger, ils sont diffusés en direct dans des millions de foyers à travers le monde alors que dans leur propre pays ils sont mal aimés".  

La légalisation permettrait aussi d'encadrer ce sport, de forcer notamment les coachs improvisés à passer un diplôme. Aujourd'hui, ils seraient entre 30 000 et 50 000 à pratiquer le MMA en France. 

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.