Ils ont été lycéens en zone d'éducation prioritaire et sont aujourd'hui devenus enseignants dans leur ancien "bahut". Quel regard portent-il sur leurs conditions d'enseignement ?

Manifestation du Collectif Touche Pas a Ma ZEP (Zone d'Education Prioritaire) suite a la poursuite de la greve de plusieurs lycees en education prioritaire dans toute la France.
Manifestation du Collectif Touche Pas a Ma ZEP (Zone d'Education Prioritaire) suite a la poursuite de la greve de plusieurs lycees en education prioritaire dans toute la France. © Maxppp / Aurelien Morissard

Alors que démarre une nouvelle semaine de mobilisation dans les lycées ZEP avec dès demain une 7ème journée d'action nationale, Claire Chaudière est allée à la rencontre de ces jeunes professeurs et de leurs élèves, qui ne cachent pas leurs inquiétudes, et jugent leur statut menacé.

D'une génération à l'autre, reportage au lycée Jules Uhry de Creil, dans l'Oise...où plusieurs ancien lycéens ont été recrutés au sein du corps enseignant.

Il y a 35 ans, Alain Savary lançait les Zones d'éducation prioritaire et leurs moyens supplémentaires pour compenser les inégalités sociales, qui ne se sont pas atténuées depuis, bien au contraire.

Farid Djaïdja est professeur d'anglais au lycée Jules Uhry de Creil.

Je n'ai pas le souvenir qu'on était aussi handicapé, concernant la maîtrise de la langue française. On a besoin de plus de moyens. Je me bats pour que mes élèves aient les mêmes chances que moi.

Farif, prof d'anglais au lycée Jules Uhry de Creil
Farif, prof d'anglais au lycée Jules Uhry de Creil © Radio France / Claire Chaudière

Sofiane, lycéen de première, ne comprend pas pourquoi les lycées ont été oubliés de la réforme de l'éducation prioritaire.

On a des partenariats avec des grandes écoles, Sciences Po ou l'école du Louvre, un micro lycée pour lutter contre le décrochage scolaire. On en a vraiment besoin pour compenser les difficultés. Perdre tout ça serait une énorme erreur.

Sofiane, lycéen de première, ne comprend pas pourquoi les lycées ont été oubliés de la réforme de l'éducation prioritaire
Sofiane, lycéen de première, ne comprend pas pourquoi les lycées ont été oubliés de la réforme de l'éducation prioritaire © Radio France / Claire Chaudière
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.