La rentrée sociale démarre-t-elle aujourd'hui ? Le CGT, FO et Solidaire appellent à une journée interprofessionnelle de mobilisation. Dans le viseur des manifestants : la politique sociale du gouvernement. Le mois de septembre aura pourtant été ponctué d'annonces et de plans destinés à rassurer.

Devant les hôpitaux de Saint-Maurice dans le Val de Marne, les salariés mobilisés en ce mardi 9 octobre brandiront 73 silhouettes noires pour dénoncer les suppressions de poste et la casse du service public.
Devant les hôpitaux de Saint-Maurice dans le Val de Marne, les salariés mobilisés en ce mardi 9 octobre brandiront 73 silhouettes noires pour dénoncer les suppressions de poste et la casse du service public. © Radio France / Claire Chaudière

Malgré le plan Santé présenté il y a quelques semaines à peine, nombreux seront les personnels des hôpitaux de Saint Maurice, dans le Val de Marne, en grève aujourd'hui. Une grève symbolique pour beaucoup. Brassard et inscriptions sur les blouses, mais pour Clara puéricultrice au sein du pôle rééducation des enfants, parmi les plus fragilisés, pas question de quitter son poste.

On ne peut pas laisser les enfants malades sans équipe hospitalière. On essaye de les protéger le plus possible des aléas du service, en sous-effectif permanent. Ils ressentent ces tensions.

Les récentes annonces gouvernementales n'ont pas vraiment remonté le moral des troupes. Mathieu est aide-soignant au sein de l'unité psychiatrique.

Les collègues partent en arrêt maladie. Certains font des dépressions. Il arrive qu'ils soient hospitalisés dans un autre établissement psychiatrique, on en est là!

70 suppressions de postes ont été annoncées ici au mois de juin, sur plus de 2.000 salariés (une soixantaine de postes administratifs, une dizaine de médecins). Pour David François, ergothérapeute à l'hôpital et délégué CGT, le plan Santé de l'exécutif, tout comme les autres mesures sociales de ces dernières semaines "sont des mesurettes".

C'est une perfusion qui ne va pas nous guérir. Cela ne change vraiment pas la donne. Les soignants sont les pièces usées d'un moteur qui est en train de craquer complètement. C'est la qualité des soins qui est en cause.

Pourtant les attentes étaient importantes, explique le docteur Renaud Péquignot, gériatre aux hopitaux de Saint Maurice, et président de l'association Avenir hospitalier.

J'ai assisté aux annonces à l'Elysée du Plan Santé 2022. Le diagnostic était brillant. Les solutions intéressantes. Mais quelques jours plus tard, le gouvernement présentait un budget santé...très en baisse ! Quel mépris.

En fauteuil roulant, Mounia l'une des patientes de l'hopital acquièce : "Nous on soutient le personnel, à 100%. Ils font ce qu'il peuvent. On voit que c'est de plus en plus difficile."

Sur les pelouses de la structure hospitalière, 70 silhouettes noires en carton seront installées, à la mi-journée, pour dénoncer la baisse à venir des effectifs. 

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.