Colonie de vacances, 1965
Colonie de vacances, 1965 ©

C'est le cri lancé par les sénateurs du groupe communiste, qui organisent aujourd'hui un débat sur le sujet. Face à la multiplication des règlementations, les bonnes vieilles colos, gérées par des associations, n'ont pas les moyens de s'adapter... C’est une ancienne bâtisse, au bord d’une rivière, dans la Haute Marne. Mais la maison de Courcelles, qui accueille des colonies depuis plus de 30 ans peine à s’adapter.

Pendant deux mois, cette année, le directeur Louis Letoré s’est occupé des mises aux normes, des décrets, et des textes qui réglementent désormais la facon de faire des gateaux aux enfants.

Toutes les procédures doivent être écrites, c’est écrit noir sur blanc. S'il n'y a pas une simplification, c’est la mort assurée des structures associatives.

En France, la majorité des associations ont déjà jeté l'éponge, et vendu leurs locaux aux professionnels du tourisme. Dans le sud-est de la France, selon Jacques Labat (un des responsables de l'Union française des centres de vacances), "une seule association continue à organiser des séjours. Toutes les autres ont mis la clé sous la porte. Je ne parle même plus de la Méditerranée, mais l’Atlantique, la Côte de Vendée, tout part en morceaux... Et il y a zéro intervention de l’État."

Trop chères pour les familles modestes

L'embauche de personnel liée aux règlementations fait aussi monter le prix des séjours. En moyenne, 70 euros par jour et par enfant. Un tarif totalement inaccessible pour les familles modestes, et une bonne partie des classes moyennes.

Pour Michel Le Scouarnec, sénateur communiste du Morbihan, le gouvernement et les collectivités doivent se saisir du dossier.

Il faut être conscient de ce que ça apporte aux enfants lorsqu’ils vivent hors de la famille. Il faut que l’État fasse un effort, aider les familles les plus modestes à en profiter.

Les responsables d’associations, eux aussi, tentent d’interpeller le gouvernement. Il y a quelques semaines, ils avaient présenté à Valeyrie Fourneyron une campagne de publicité pour faire la promotion des colos... Juste avant que l’ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports ne démissionne.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.