Le bodybuilding est de plus en plus populaire en Chine. Cette semaine à Pékin a lieu un nouveau concours qui rassemblera des hommes fiers de montrer leur corps musclé.

Le bodybuilding explose en Chine
Le bodybuilding explose en Chine © Pierre Alivon

Le nombre de salles où l’on pratique le culturisme explose en Chine. Même les femmes s’y mettent. Monsieur Li a 30 ans. Il jouait au ping-pong, mais ça ne suffisait pas pour muscler ce qu’il appelle son "ventre à bière". L'abonnement à la salle de sport lui coûte 5 000 yuans l’année (environ 700 euros), soit l'équivalent de son salaire mensuel. Monsieur Li veut donc rentabiliser l'investissement en allant à la salle de sports tous les soirs. Il est loin d’être le seul, explique-t-il : "Il y a de plus en plus de jeunes dans les salles de musculation et ça va encore se développer.

Tout le monde veut avoir un beau corps, un beau visage

Monsieur Li explique qu'aller dans un club de remise, quand on est jeune, c'est très à la mode : "actuellement, il y a beaucoup de publicité qui circule sur internet. La raison est simple : tout le monde veut être séduisant, avoir un beau corps, un beau visage. Grace au sport, on peut garder son corps en forme. Se muscler, c’est bien aussi pour les articulations et les organes. On a chacun un planning personnalisé pour muscler son corps, la plupart des gens ont entre 20 et 35 ans."

Fiers de montrer leur musculature, phénomène de mode
Fiers de montrer leur musculature, phénomène de mode © Pierre Alivon

Pendant un an, Pierre Alivon*, un photographe français vivant à Pékin, a pu suivre de jeunes chinois pour qui la pratique du culturisme et de la compétition pallient une vie quotidienne souvent médiocre. Ils sont fiers de montrer se montrer car c’est devenu un atout d'avoir un beau corps, explique Pierre Alivon : "nous on a la vision d'un chinois tout mince, tout maigre, et on découvre des corps énormes, musclés à l’européenne. Les 'Schwarzy' chinois".

Devant le succès de la musculation, les femmes s'y mettent
Devant le succès de la musculation, les femmes s'y mettent © Pierre Alivon

Les chinois qui pratiquent de manière ancestrale les arts martiaux comme le Tai chi ont toujours maintenu leur corps en forme. Ce qui change aujourd'hui c’est le rapport au corps qui copie le modèle occidental. Les jeunes chinois se musclent, casques sur les oreilles, en écoutant des tubes américains dans des salles de sports mondialisées. Ils sont les nouveaux "Schwarzy".

* Pierre Alivon est un artiste photographe qui s'est installé à Pékin en 2015. Retrouvez son travail sur son site

Les invités
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.