Après avoir lancé une application pour signaler la présence des rats et s'être inspiré des techniques new-yorkaises, la mairie du 17ème arrondissement de Paris a lancé une brigade citoyenne : des habitants bénévoles qui luttent contre la prolifération des rongeurs.

Jacques D'Allemagne est à la tête de la brigade citoyenne de lutte contre les rats dans le 17ème arrondissement de Paris
Jacques D'Allemagne est à la tête de la brigade citoyenne de lutte contre les rats dans le 17ème arrondissement de Paris © Radio France / Rémi Brancato

Depuis le mois de novembre, ils sont une dizaine à arpenter les rues, squares et jardins du 17ème arrondissement de Paris. Cadres, employés ou fonctionnaires, ces habitants bénévoles ont choisi de prendre sur leur temps libre pour lutter contre un phénomène qui pourrit la vie de nombreux parisiens : les rats. Cette "brigade citoyenne" formée, a reçu le soutien du maire de l'arrondissement, qui mène depuis bientôt deux ans une lutte contre les rats.

Une dizaine de bénévoles dératiseurs

Le maire de l'arrondissement, Geoffroy Boulard (LR), s'était illustré début 2018 en posant sur une photographie, plusieurs rats morts à la main. Il avait ensuite lancé une application pour permettre aux habitants de signaler les rats et avait effectué un voyage à New-York, pour s'inspirer des techniques américaines de lutte contre les rongeurs.

Il a donc aussi poussé à la création de cette brigade citoyenne, emmenée par Jacques D'Allemagne, piégeur depuis toujours ou presque, etbénévole passionné. "Je les sens" raconte-t-il, porte de Clichy, "je sens leur odeur et je la reconnais un peu comme un chien de chasse : je vois surtout les traces, les excréments". 

La glace carbonique pour neutraliser les terriers

Autour des bosquets, il s'agit, regarde sous les plantes et découvre les terriers : "il y a une quarantaine de rats, regardez ici !" montre-t-il. Il interviendra donc bientôt sur ce site, pour boucher les tunnels et les entrées de terrier. "On va traiter avec de la glace carbonique, qui va se transformer en gaz, descendre dans les galeries et les rats vont mourir par asphyxie" explique-t-il.

La brigade utilise en effet des techniques de pointe, respectueuse de l'environnement selon le maire du 17ème arrondissement, qui vante aussi leur rapidité. "Les responsables des écoles et des crèches sont ravis de voir des interventions dans les 48 heures : c'est un outil participatif qui nous permet d'avoir une action concrète" défend-il.

La mairie de Paris, de son côté, défend l'efficacité de son service de lutte contre les nuisibles, qui compte 50 agents.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.