Depuis sa sortie de prison sous caution mercredi dernier, Carlos Ghosn est traqué par la presse japonaise. En bas de son immeuble, dans l’ouest de Tokyo, l’ancien président de l’alliance Renault-Nissan ne peut pas se déplacer sans être poursuivi par les télévisions et les photographes nippons.

Devant l'immeuble de Carlos Ghosn à Tokyo, télévisions et photographes se relaient jour et nuit et tentent de suivre à la trace l'ancien patron de Renault-Nissan
Devant l'immeuble de Carlos Ghosn à Tokyo, télévisions et photographes se relaient jour et nuit et tentent de suivre à la trace l'ancien patron de Renault-Nissan © Radio France / Dominique André

Carlos Ghosn vit dans un immeuble de standing moyen, à 10 minutes à pied de la folie de Shibuya, quartier jeune et branché de la capitale japonaise. Il a suffit d’une photo de l’homme d’affaires avec en arrière plan l’adresse bien visible, diffusée sur tous les réseaux sociaux, pour que tout le monde sache où il vit.

Depuis c'est la chasse à l’homme. Dès que Carlos Ghosn quitte son immeuble, il est pris en chasse, un spectacle qui interpelle les passants, étonnés de voir autant de journalistes.

Prochain épisode : la conférence de presse de Carlos Ghosn, une prise de parole très attendue. "Le monde nous regarde "a d'ailleurs déclaré l'avocat de l’ancien grand patron de l’automobile.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.