Par Delphine Simon

A l’heure où l’on reparle des budgets: de quelle marge de manœuvre dispose le gouvernement face à Bruxelles ? Le vice président du Front National Florian Philippot a son avis sur la question.

Commission Européenne, Bruxelles
Commission Européenne, Bruxelles © Radio France

Extrait interview Florian Philippot le 18 mars sur France 2 dans l’émission mots croisés

- La Commission européenne pourra demander aux Etats de dépenser moins pour la justice ou la santé. Vrai ou faux ?

C’est faux. Florian Philippot fait allusion à de nouveaux pouvoirs attribués à la Commission européenne. Elle peut désormais consulter le projet de loi de finance et vérifier que le gouvernement a tenu les promesses faites au printemps. Comme le dit Florian Philippot, la Commission peut donner son avis et réclamer des changements, avant même le vote des députés français. Ces deux règlements, en jargon européen, on parle du « Two Pack » ont été adoptés par le Parlement européen le 12 mars.

Mais en aucun cas, n’en déplaise à Florian Philippot, la Commission européenne ne peut imposer aux gouvernements de tailler dans un budget plutôt que dans un autre. La santé plutôt que la Défense par exemple. Christophe Blot, économiste, à l’OFCE.

Interview Christophe Blot

Au final c’est donc aux députés que revient le dernier mot. On le sait, la France ne respectera pas l’objectif des 3% de déficit public cette année. Mais la Commission ne l’a pas sanctionnée par crainte de nouvelles coupes budgétaire qui plomberaient un peu plus la croissance déjà très faible. Bref face à cette discipline budgétaire européenne, il existe encore des marges de manœuvre.

- Le vice président du Front National affirme que la Commission européenne peut lancer des taxes sur les comptes et l’épargne des particuliers. Comme on la vu dernièrement à Chypre.

C’est faux, car l’exécutif européen n’a pas le pouvoir de lever des impôts ou des taxes. Explications Christophe Blot.

Interview Christophe Blot

Alors ces deux règlements européens, ce « pack de deux » entrent en vigueur cette année. Et le gouvernement de Jean Marc Ayrault devra donc présenter son prochain projet de budget à la Commission avant le 15 octobre prochain.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.