A Calanhel (Côtes-d'Armor), des inscriptions injurieuses ont été découvertes ce dimanche matin sur les façades de la mairie et du domicile du maire. L'élu a porté plainte à titre privé, et au nom de la mairie.

Le village de Calanhel dans les Côtes-d'Armor
Le village de Calanhel dans les Côtes-d'Armor © Radio France / Delphine Evenou

De mémoire d'habitant, d'élu, de gendarme, on n'avait jamais vu ça. Dimanche 10 février, le maire de Calanhel, un village de 230 âmes, s'est réveillé avec un message de son livreur de journaux, passé faire la distribution à 5 heures du matin : la façade de la maison est recouverte d'inscriptions à la peinture blanche : "Collabo. LaREM = corruption".

Le tag découvert sur la maison du maire de Calanhel
Le tag découvert sur la maison du maire de Calanhel / Cyril Jobic

Sur la façade de la mairie, Cyril Jobic découvre également des inscriptions injurieuses, précédées de revendications politiques : "RIC. ISF. Élus tous pourris".  

Le tag injurieux inscrit sur la façade de la mairie de Calanhel
Le tag injurieux inscrit sur la façade de la mairie de Calanhel / Cyril Jobic

Ces inscriptions seront nettoyées quelques heures plus tard, mais le village a toujours peine à y croire. 

Une action des "gilets jaunes" ? 

Dans ce coin de centre Bretagne, les "gilets jaunes" sont actifs. Plusieurs dizaines d'entre eux sont regroupés au sein du "groupe de Callac", du nom d'une commune située à quelques kilomètres de Calanhel, et où se trouve un rond-point occupé tous les week-ends depuis le début du mouvement le 17 novembre. Mais Anne-Sophie, voisine du maire de Calanhel et "gilet jaune" assumée, l'assure : 

Nous sommes un groupe absolument pacifiste, et ce qu'il s'est passé décrédibilise notre mouvement. C'est inadmissible. D'autant que Mr le maire n'a jamais rien dit contre les 'gilets jaunes'. 

D'ailleurs, Cyril Jobic assure que le dialogue est cordial. Il a vu des "gilets jaunes", dont il ne partage pas le point de vue sur le Référendum d'Initiative Citoyenne, lors d'une première réunion organisée quelques jours plus tôt dans le cadre du grand débat national, et le dialogue a été tout à fait courtois selon lui, et selon Anne-Sophie qui était également présente.

Deux plaintes et une enquête

Le maire de Calanhel a déposé plainte ce lundi, à titre privé pour la dégradation du mur de sa maison, et au nom de la mairie pour la dégradation du mur de l'édifice public. Un témoin a expliqué au maire être passé dans la nuit sans avoir vu les inscriptions. Les faits se seraient déroulés entre 4 et 5 heures du matin dans la nuit du samedi au dimanche. La gendarmerie se refuse pour l'instant à communiquer tout élément sur l'avancée de l'enquête. 

Cyril Jobic devant la mairie de Calahnel
Cyril Jobic devant la mairie de Calahnel © Radio France / Delphine Evenou

L'inquiétude des élus

"Il y a un ras-le-bol des élus" assure Cyril Jobic, qui ne veut pas laisser pas ces inscriptions inédites pour le village, mais dénonce aussi la violence des attaques subies par la classe politique sur les réseaux sociaux. "Qu'ils se présentent, qu'ils y aillent s'ils ne sont pas contents, ils n'ont qu'à prendre notre mandat, mais pour cela, il faut attendre des élections" s'indigne ce trentenaire, à la tête d'une entreprise d'aide à domicile, et qui ne comprend pas qui a pu venir peindre sa colère sur les murs du village.

A une demi-heure de route de Calanhel se trouve par ailleurs Motreff (Finistère), là où la maison de Richard Ferrand, le président de l'Assemblée Nationale, a été la cible d'une tentative d'incendie il y a quelques jours.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.