La 72ème édition du Festival de Cannes s'ouvre ce mardi 14 mai. De grands noms du cinéma sont attendus, et le quotidien de la ville, comme chaque année, s'apprête à être chamboulée.

Le Palais des Festivals, à Cannes, aux couleurs d'Agnès Varda
Le Palais des Festivals, à Cannes, aux couleurs d'Agnès Varda © Radio France / Delphine Evenou

Sur la Croisette, les Cannois profitent des derniers instants de calme. Certains disparaissent de la célèbre promenade parsemée de palmiers le temps du Festival, quand d'autres se délectent de l'animation. "C'est bien, mais les VIP ne nous regardent même pas. Ils ont leurs fêtes, et nous, on n'a même pas le droit d'aller sur la plage parce qu'il y a les acteurs" s'agace Viviane. "Les gens ne savent pas apprécier la beauté ...", soupire Suzanne, "il y a de belles voitures, de belles toilettes et de la belle jeunesse, c'est un plaisir pour les yeux".

Pendant ce temps, dans l'une des nombreuses tentes construites de façon éphémère sur la plage, Michel, décorateur pour une entreprise d'événementiel, s'affaire. 

L'une des tentes qui accueillera de nombreux événement sur la plage de Cannes
L'une des tentes qui accueillera de nombreux événement sur la plage de Cannes © Radio France / Delphine Evenou

Il doit tout installer d'ici le début des festivités. Des milliers de personnes vont défiler sous la tente pour assister à des projections et des rencontres entre journalistes et réalisateurs. 

"Il y a les paillettes, pour le côté historique du Festival. Et puis derrière tout ça, il y a des enjeux colossaux, pour les grandes productions comme pour les petites, parce que c'est ici qu'on vient se faire connaître"- Michel, décorateur dans l'événementiel.

Sécurité, circulation et déchets

Pour la ville de Cannes, qui compte 75 000 habitants, le Festival provoque aussi quinze jours de petite révolution, car ce nombre est doublé voire triplé pendant l'événement. Et avec trois fois plus de monde, cela fait trois fois plus de déchets à gérer.

Un plan de circulation spécifique est mis en place pour décongestionner le centre ville, puisqu'une partie de la Croisette est rendue piétonne, et uniquement accessible aux véhicules qui emmènent les stars aux pieds des marches du Palais des Festivals. Ce dimanche d'ailleurs, ces marches étaient toujours blanches et pas encore allergiques aux baskets.

A Cannes, les marches du Palais des Festivals, sans tapis rouge
A Cannes, les marches du Palais des Festivals, sans tapis rouge © Radio France / Delphine Evenou

La ville doit aussi renforcer la sécurité. 250 policiers municipaux sont mobilisés, sans compter la police nationale et les forces Sentinelle. Les gilets jaunes ont lancé l'idée d'un blocage du Festival, sans donner beaucoup de détails sur les réseaux sociaux.

La loi de l'offre et de la demande

Si aucun restaurateur n'admet le faire, certains bars et restaurants profitent de l'événement pour faire grimper leurs prix, parfois de 20%. Cette pratique est courante dans l'hôtellerie : la gérante d'un hôtel quatre étoiles explique ainsi qu'une chambre standard coûte 100€ en basse saison, 200€ l'été, et 300€ pendant la durée du Festival.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.