Les enfants placés s'en sortent presque aussi bien que les autres, à condition qu'ils soient accompagnés après leur majorité.

C'est le résultat d'une enquête menée sur plusieurs années par l'INED (Institut national d'études démographiques) et qui tord le cou à de nombreuses idées reçues.

Rose a vécu quatorze ans dans des hôtels du Samu Social puis trois ans en foyer, une enfance instable qui explique ses choix de carrière : Rose veut aujourd'hui travailler dans l'immobilier. Il y a trois ans, cette étudiante a signé un contrat jeune majeur. L'ASE, l'aide sociale à l'enfance lui fournit depuis un logement gratuit et une dizaine d'euros par jour.

Le contrat jeune majeur a une durée maximale de trois ans. Il bénéficie à un peu plus de 20 000 jeunes sur environ 300 000 enfants placés chaque année.

Une proportion trop faible pour Marc Chaban, directeur du développement de la Fondation "Action en France" et il s'occupe d'une quinzaine d'établissements.

Des contrats de plus en plus rares aussi : certains départements ne proposent plus d'accompagnement spécifique après 18 ans.

Selon Marc Chaban, en dix ans, la durée moyenne des contrats jeunes majeurs est passé de deux ans à six mois.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.