L’arrêté préfectoral mis en place cet été pour restreindre les ascensions a été prolongé jusqu’au 17 septembre. Seules les personnes munies d'une réservation pour le refuge du Goûter peuvent se lancer dans l'ascension du toit de l'Europe sur le sentier de Saint Gervais.

La préfecture impose aux cordées qui souhaitent s'engager dans l'ascension la réservation d'une nuitée au refuge du Goûter, situé à 3.815 mètres d'altitude
La préfecture impose aux cordées qui souhaitent s'engager dans l'ascension la réservation d'une nuitée au refuge du Goûter, situé à 3.815 mètres d'altitude © AFP / Philippe DESMAZES

Le refuge, situé à 3835 mètres d'altitude, dispose de 120 places. Et des contrôles des allers et venues sont effectués. 

Des bâtons, des crampons et des sacs à dos bien remplis. Ce matin, le brouillard qui entoure la montagne ne décourage pas Rodrigo, Romain, Félix et Lionel. Les quatre amis célèbrent leur quarantième anniversaire ensemble avec un objectif : atteindre le sommet du Mont-Blanc. Avant ils vont passer la nuit au refuge du goûter. Le contrôle des réservations mis en place par la préfecture  aurait pu compromettre leur ascension

Tous les jours, c’est plus d’une centaine de personnes qui empruntent le sentier pour rejoindre le refuge du goûter. 1000m plus bas Isabelle les voit défiler devant son refuge au Nid d’aigle. Parfois en short ou en bottines… mais depuis l’arrêté, les visiteurs prennent plus de précautions…

L’arrêté préfectoral est prolongé jusqu’au 17 septembre. Mais Jean-Marc Peillex, maire de Saint-Gervais, sensibilisera la population même au-delà de cette date.

Depuis le début le début de l’été un randonneur a trouvé la mort sur le sentier de Saint-Gervais contre 15 l’an dernier

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.