Pour la première fois, un militaire prend la parole sur le sort des anciens interprètes de l'Armée française en Afghanistan.

Base française en Afghanistan en 2012
Base française en Afghanistan en 2012 © Maxppp / Philippe de Poulpiquet

Près de 770 personnes ont travaillé pour la France entre 2001 et 2014 en prenant tous les risques. Pourtant, aujourd'hui, parmi ceux qui ont demandé un visa pour la France, cent-cinquante ont été "déboutés" par l’État Français, pour des raisons encore inexpliquées. Menacés par les talibans et le groupe État Islamique qui les considèrent comme des traîtres, ils se disent "abandonnés par la France" et sont obligés de se cacher.

Si le militaire qu'a rencontré Julie Pietri prend la parole aujourd'hui, sous couvert d'anonymat, malgré les risques pour sa carrière, c'est pour soutenir son interprète, en pleine détresse.

► RÉÉCOUTER | "Traduire, c'est trahir" : un reportage de Thibault Lefèvre pour Interception

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.