Budapest fait partie des trois dernières villes en lice pour l'organisation des JO 2024. Mais un critère sera déterminant : le soutient des habitants. Et il n'est pas acquis...

Le Parlement hongrois derrière le logo des JO. Budapest fait partie des trois dernières villes en lice pour l'organisation des JO 2024. Budapest, Hongrie, le 31 janvier 2017.
Le Parlement hongrois derrière le logo des JO. Budapest fait partie des trois dernières villes en lice pour l'organisation des JO 2024. Budapest, Hongrie, le 31 janvier 2017. © Reuters / Laszlo Balogh

On ne peut pas vraiment faire confiance en nos politiciens pour qu’ils organisent les jeux olympiques de manière honnête. On risque de perdre beaucoup, beaucoup d’argent.

Nous sommes à Budapest et vous venez d’entendre Andras Fekete-Györ, un juriste hongrois de 27 ans. Avec des jeunes de son âge, il anime un collectif citoyen qui veut organiser un référendum contre la candidature de Budapest aux Jeux Olympiques d’été en 2024 - Son slogan est NOLIMPIA : Non aux jeux olympiques. Après Rome, après Hambourg dont les habitants ont voté contre les Jeux olympiques, Budapest sera-t-elle la prochaine ville à retirer sa candidature ? C’est le 13 septembre 2017 prochain que le comité international olympique choisira la ville qui accueillera les jeux olympiques d’été en 2024. L’un des critères de sélection est que les habitants soutiennent l’organisation des Jeux dans leur ville. D’après un sondage du 9 février, la population de la capitale hongroise est très divisée : près de 52 % des budapestois seraient opposés à la candidature de leur ville.

Reportage de Florence La Bruyère

Son visage souriant s’affiche dans toute la ville sur des panneaux publicitaires. Le champion olympique d’escrime Aron Szilagyi est l’une des figures de proue de la candidature de Budapest.

Budapest est une ville faite pour le sport. Quand j’étais à l’école primaire, j’avais 7, 8 ans… j’ai pu essayer plein de sports : de l’athlétisme, du badminton, du tennis, du foot…et puis à 9 ans, j’ai commencé l’escrime.

Comme beaucoup de hongrois, Andras Kelemen adore le sport. Le rêve de cet informaticien de 29 ans, c’est que Budapest soit choisie pour accueillir les jeux.

Ca donnerait une image positive de notre pays, ça montrerait qu’on est capable d’organiser un grand événement. Et j’aimerais bien assister aux Jeux une fois dans ma vie. Parce que je pourrai jamais me payer un billet d’avion jusqu’au bout du monde !

Mais dans les rues de la capitale, les budapestois sont de plus en plus nombreux à signer une pétition pour un référendum contre la candidature de Budapest. Kinga V, une vendeuse de 50 ans qui préfère garder l’anonymat, a signé la pétition.

Il vaudrait mieux investir notre argent dans d’autres domaines, par exemple la santé publique. Les hôpitaux sont de plus en plus délabrés !

A la sortie du métro, il ne se passe pas une minute sans qu’un passant s’arrête sur le stand pour signer. Katalin S..., professeur de lycée qui ne souhaite pas donner son nom de famille, est contre l’organisation des jeux dans sa ville.

Seule une petite partie de l’argent public va aller dans les Jeux olympiques. Le gros du budget ira ailleurs… à cause de la corruption !

Officieusement le collectif citoyen aurait déjà les 138 000 signatures requises pour un référendum local. Il les déposera vendredi à la mairie de Budapest. Il faudra cependant attendre un mois pour qu’elles soient validées par la commission électorale.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.