Par Delphine Simon

Desiderius Erasmus Roterodamus
Desiderius Erasmus Roterodamus © radio-france

Le budget Erasmus est à cours d’argent depuis le mois dernier. Ecoutez à ce sujet les propos tenus par Bernard Cazeneuve, le ministre chargé des Affaires européennes le 7 novembre dernier à l’Assemblée Nationale.

Bernard Cazeneuve : « L’Union européenne, avec le soutien de la France, a totalement sous-estimé volontairement le niveau de crédit nécessaire au financement du projet Erasmus »

Erasmus en faillite, c’est la faute du précédent gouvernement. Vrai ou faux ?

C’est vrai, mais en partie seulement.

Le budget a bien été adopté avec la voix de la France, et c’est bien Nicolas Sarkozy qui siégeait alors à la table du Conseil de l’Union européenne. Les 27 Etats européens ont choisi de sous-financer ce budget et du coup, les factures impayées s’accumulent jusqu'à 5 milliards d’euros cette année. Les Etats européens avaient convenus de faire le point et de rectifier le tir en cas de besoin. La Commission européenne a dit qu’elle n’y arriverait pas et a réclamé en urgence une rallonge pour payer, notamment, les bourses Erasmus.

Or, actuellement, aucun pays n’est vraiment pressé de mettre la main au portefeuille et le gouvernement dont fait partie Bernard Cazeneuve, pas plus que les autres. La France juge cette rallonge insupportable en période de contraintes budgétaires.

Face à l’échec des discussions, il va falloir tout reprendre à zéro et cela va coûter cher, explique le conservateur Alain Lamassoure, rapporteur du budget au parlement européen.

Alain Lamassoure : « Ils sont exactement dans la situation où vous seriez si vous allez acheter une robe, vous faites un chèque au commerçant et une fois rentrée chez vous, vous faites opposition sur le chèque. En plus, plus ils retardent le paiement, plus ils auront des indemnités de retard à payer. Il y a des contrats de recherche qui ont été passés avec des laboratoires publics et privés. Nous avons déjà plusieurs centaines de milliers d’euros d’indemnités de retard qu’il va falloir payer en 2012. »

Le budget de l’Union européenne n’a pas de ressources propres ; il est entièrement financé par des Etats aujourd’hui ruinés.Impossible également d’emprunter sur les marchés ou auprès de la Banque centrale européenne. Alors, s’il n’y a pas de rallonge pour Erasmus, il faudra sans doute puiser dans les fonds de l’an prochain.

Les étudiants qui sont déjà partis vont recevoir leur bourse, tout comme ceux qui partent en janvier. Mais vu le manque d’argent, les universités vont peut-être devoir rogner sur le nombre ou sur le montant des bourses Erasmus. La dotation de la France se monte à 52 millions par an, pour 31.000 étudiants.

La semaine prochaine à Bruxelles s’ouvre une autre discussion : on va parler du budget de l’Europe jusqu’en 2020. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a promis de faire d’Erasmus une priorité pour que le célèbre programme européen bénéficie à un plus grand nombre de familles modestes. C’est ce qu’espèrent les associations d’étudiants en rappelant que le budget alloué à Erasmus représente une goutte d’eau : moins d’1,5% du budget global européen.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.