Aujourd’hui une manifestation de soutien à la liberté d’expression est organisée à Ostie en Italie.

Sur cette commune du littoral romain, un journaliste qui tournait une enquête pour la télévision publique Rai s’est fait tabasser par le membre d’un clan mafieux la semaine dernière. Cette agression a remis au jour en Italie la problématique des journalistes menacés. Le Napolitain Roberto Saviano l’auteur de Gomorra est certainement le plus célèbre mais son cas n’est pas isolé. Ils sont une trentaine de journalistes à être menacés de mort et contraints de vivre sous escorte policière.

C'est le cas de Pablo Borrometti, qui n’arrive jamais seul à un rendez-vous. Et très rarement à pied. Mais dans une voiture blindée. Escorté par cinq policiers. Ce journaliste d’agence de presse. De la province de Raguse en Sicile est condamné à mort par trois clans mafieux : 

J’ai subi des agressions physiques. On a essayé de brûler ma maison. Je reçois des menaces, y compris sur les réseaux sociaux, mais je n’ai jamais renoncé à raconter ce qu’il se passe dans ma région : une région où encore aujourd’hui la mafia rackette, où les rapports entre mafia et politique sont plus que problématiques. Plus personne n’écrivait sur ce territoire depuis l’assassinat du journaliste Giovanni Spampinato dans les années 70.

Une trentaine de journalistes vit sous escorte policière en Italie, selon les associations professionnelles. Aucune donnée officielle n’est publiée, par sécurité. Une escorte à laquelle Marinella Natale a dû se résoudre après plusieurs reportages télévisés dans la province de Caserte dénonçant la Camorra :

Le chef de clan Francesco Schiavone a donné l’ordre de m’abattre. Moi ça ne me suffit pas de le savoir en prison, j’enquête pour savoir d’où vient son argent. C’est une mafia qui fait des affaires dans le bâtiment, dans le secteur des déchets. Ils n’utilisent plus les armes pour tuer aujourd’hui mais ils continuent de faire des victimes… Dans ma région des enfants meurent à cause des déchets pourris qu’ils font enterrer.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.