C'est aujourd'hui la journée de lutte contre l'homophobie organisée dans 60 pays.

L'homophobie dans le monde professionnel est toujours une réalité.
L'homophobie dans le monde professionnel est toujours une réalité. © Maxppp / Wiktor Dabkowski/picture alliance

L'homophobie dans le monde professionnel est toujours une réalité. Selon une étude publiée par le Boston Consulting Group, 13% des personnes homosexuelles interrogées mentent sur le genre de leur partenaire ou se déclarent célibataire, et 30% estiment que dire son homosexualité au sein de son entreprise représente un risque.

Philippe, la cinquantaine, a fait son coming out au travail il y a déjà plus de 20 ans :

Jusqu'à la retraite et même après, il y aura toujours des coming out à faire. Une fois qu'on a fait son coming out au bureau et qu'on est à peu près "confortable", il y a de nouveaux collègues qui arrivent. C'est à chaque fois un recommencement (...) Certains collègues, systématiquement, s'adressent à nous pour nous parler de choses sexuelles. Les stéréotypes font très mal.

Il n'y a pas que les blagues "lourdes" qui pèsent : c'est aussi un enjeu financier pour les salariés LGBT. Selon l'économiste Thierry Laurent, chercheur à l'université d'Ivry, la discrimination se lit sur la fiche de paie :

On obtient moins 6% de salaire, pour un salarié gay par rapport à son homologue hétérosexuel. Ca veut dire 5 semaines de congés payés pour l'un et seulement deux semaines pour l'autre.

Une différence qui ne se voit pas pour les lesbiennes :

Les salariées lesbiennes sont perçues comme ayant un certain nombre de caractéristiques masculines qui les rendraient plus productives sur le marché du travail : par exemple le fait qu'elles auraient moins d'enfants, qu'elles seraient plus disponibles et orientées sur leur carrière.

Et pour aider les personnes LGBT à assumer pleinement leur identité au travail, le Défenseur des Droits publie aujourd'hui un guide pour les orienter en cas de discriminations.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.