Mercredi prochain, le gouvernement présentera son projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes commises contre les mineurs et les majeurs.

Aujourd'hui un rapport qui préconise la verbalisation du harcèlement dit de rue sera remis à la secrétaire d’État à l'égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa

Le gouvernement a déjà annoncé qu'il préconise que le harcèlement soit requalifié en "délit d'outrage sexiste ou sexuel", et il sera sanctionné par une amende forfaitaire: 90 euros (majorés jusqu’à 350 euros en cas de circonstances aggravantes). Mais pour rendre possible la verbalisation, il faudra constater l'outrage en flagrance... Difficile pour les agents mais "mieux que rien" selon Benjamin Griveaux, qui compte sur la mise en place de la police de sécurité du quotidien.  

Isabelle Dor a rencontré des femmes victimes de ce harcèlement au quotidien dans les rues de Marseille.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.