"Jouons la carte de la fraternité". C'est le nom d' une opération de sensibilisation des élèves, au respect et à la tolérance. Elle est organisée depuis une vingtaine d'années, par la ligue de l'enseignement, en France et depuis 2 ans en Europe.

Manon et Fatim en pleine rédaction d'une carte de la fraternité
Manon et Fatim en pleine rédaction d'une carte de la fraternité © Radio France / Dugué Béatrice

Objectif de cette initiative : faire écrire aux enfants des messages de fraternité au dos de photographies très éloquentes. Et les envoyer ensuite à des inconnus.  Atelier de réflexion et d'écriture organisé notamment dans une classe de sixième du collège Albert Camus de Rosny sous Bois. Six images ont été choisies et affichées sur le tableau. Elles inspirent les réflexions des élèves, elles déclenchent les mots : migration, pauvreté, écologie, liberté de penser, discrimination, fraternité, racisme, égalité des sexes. Il y a tout cela dans ces photos, qui font écho à ce que vivent ces enfants d'une dizaine d'années. "Ma mère travaille avec des personnes âgées. Quand certaines voient sa couleur, elles refusent de se faire soigner par elle", raconte Fatim 11 ans.  "Quand je faisais de la boxe, témoigne à son tour cette autre jeune fille, une personne est entrée dans la salle, et elle a disputé l’entraîneur, en lui disant que ça n'était pas normal qu'une fille fasse de la boxe."

Classe de 6e du collège Albert Camus de Rosny
Classe de 6e du collège Albert Camus de Rosny © Radio France / Dugué Béatrice

Marie Drollon, l'enseignante d'histoire géographie qui fait travailler cette classe sur ce projet, y voit là matière à envoyer un beau message... à un inconnu. Puisque ces cartes de la fraternité seront envoyées à des habitants de Rosny sous Bois que les élèves ne connaissent pas. Ils sont pour ainsi dire, choisi au hasard des adresses. 

Offrir une bouteille à la mer

"On peut offrir une bouteille à la mer à un inconnu, un message fort" justifie Marie Echelard de la ligue de l'enseignement fédération des œuvres laïques. "Un jour un élève a parlé de tolérance. C'est vraiment un mot important pour moi. Que ça sorte tout seul comme ça de la part d'un élève, c'est ça qui m'a le plus marqué" confesse ému, Jérémy Kolodziejczyk animateur de la Ligue de l'enseignement.

Balla lui s'est inspiré d'une photo de femme musulmane en pleine répétition de guitare électrique, pour écrire son message à un "cher habitant de Rosny". Cette femme vit maintenant de sa passion, même avec son voile, explique l'enfant. "Peux tu nous aider à combattre les préjugés" réclame t-il en substance. 

La lettre de Siby Sega pour la carte de la fraternité
La lettre de Siby Sega pour la carte de la fraternité © Radio France / Dugué Béatrice

Grâce à cet atelier de réflexion sur les mots, le vivre ensemble, la tolérance, et à l'écriture, Marie Drollon l'enseignante, voit déjà ses élèves changer. Face à 2 jeunes auteurs de réflexions homophobes il y a peu, elle a vu réagir des adolescents d'habitude désagréables avec les autres, mais qui ont cette fois défendus des "opprimés". "C'est chouette" dit-elle heureuse d'avoir choisi la bonne classe pour ce projet.

Plus de 100 000 messages d'enfants et de jeunes seront envoyés à des inconnus, en France et dans trois autres pays (Croatie, Espagne, Pologne), jeudi prochain ( le 21 mars) à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination des discriminations.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.