Le département de la Seine-Saint-Denis vient de lancer sa marque "In Seine-Saint-Denis", pour lutter contre les préjugés dont sont victimes certains quartiers.

Pour contrecarrer les stéréotypes négatifs véhiculés sur le 93, le département de la Seine-Saint-Denis vient en tout cas de lancer sa marque
Pour contrecarrer les stéréotypes négatifs véhiculés sur le 93, le département de la Seine-Saint-Denis vient en tout cas de lancer sa marque © Gonzague Lacombe, Clement Laurentin et Maxime Lemoyne

Objectif de ce logo et de cette marque : contrecarrer les stéréotypes négatifs véhiculés sur le 93, en valorisant son inventivité et son dynamisme. Le logo sera visible sur des maillots de foot, des produits fabriqués en Seine-Saint-Denis, des films produits sur le territoire ou sur des supports liés à des initiatives culturelles locales.

La campagne a été lancée officiellement mardi. 150 acteurs du secteur privé ou associatif se sont déjà associés à la démarche. Parmi eux, Laurence Lascary et sa société de production De L'Autre Côté du Périph. Un label plus militant que commercial pour cette jeune productrice, comme une revanche individuelle et collective.

Souvent, on ne m'a pas prise au sérieux.

Elle raconte qu'il est "possible d'être une femme, jeune, noire, productrice, issue des quartiers. Les études le montrent : les médias ont une influence sur la manière dont un groupe de personnes peut être perçu. Mais aussi sur la manière dont les gens se perçoivent eux même !"

Laurence Lascary
Laurence Lascary © Nicolas Moulard

C'est une fierté et la preuve que l'on peut fabriquer et innover sur ce territoire.

Des médias, intéressés par les faits divers, la délinquance et la violence sous toutes ses formes, thème de 90% des articles sur le 93 dénonce encore Guillaume Roy, fondateur de la micro-brasserie Gallia installée à Pantin depuis 6 ans, et qui produit la bière sur place depuis un an : "notre objectif, c'est de mettre le logo au dos de nos bouteilles. C'est une fierté et la preuve que l'on peut fabriquer et innover sur ce territoire'.

Guillaume Roy de la micro-brasserie Gallia, à Pantin
Guillaume Roy de la micro-brasserie Gallia, à Pantin © Radio France / Claire Chaudière

Et même si la formule a un petit côté slogan institutionnel, le projet répond à une véritable attente du terrain selon Youness Bourimech, entrepreneur dans le bâtiment et la restauration à Bobigny : "Je vois un énorme engouement autour de ce label. Les gens sont trop mignons. L'idée leur plaît. Ils sont fiers de vivre en Seine-Saint-Denis et sont tristes de n'entendre que des infos négatives dans les médias à propos du 93. On va se battre à coup d'images positives."

L'équipe

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.