(Reportage de Bertrand Gallicher)

Armée et manifestants à Ouagadougou
Armée et manifestants à Ouagadougou © REUTERS/Joe Penney

L'attentat de Ouagadougou vendredi dernier, après celui de Bamako en novembre, remet en lumière les risques auxquels sont exposées les entreprises françaises dans certains pays étrangers. Des expatriés peuvent être pris pour cible en tant que tels, ce qui impose d'investir dans des mesures de sécurité.Les grands groupes français le font plus facilement que les PME.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.