Grâce au Secours populaire d’Île-de-France, 5 000 petits franciliens, qui n’ont pas eu la chance de partir en vacances, vont passer la journée à la plage à l'occasion de la "Journée des oubliés des vacances".

 Comme chaque année, 5 000 enfants franciliens passent quelques heures à la mer pour la "Journée des oubliés de vacances ", ici en 2018 sur la plage de Cabourg en Normandie.
Comme chaque année, 5 000 enfants franciliens passent quelques heures à la mer pour la "Journée des oubliés de vacances ", ici en 2018 sur la plage de Cabourg en Normandie. © Maxppp / Ouest France/Marc Ollivier

Une centaine de cars venant de huit départements d'Île de France ont pris la direction de Deauville. À leur bord, 5 000 enfants franciliens, issus des quartiers défavorisés, parés pour une journée à la plage.  

Soleil et ciel bleu, et surtout baignades, jeux, pique-nique et châteaux de sable pour les jeunes qui n'ont pas l'occasion de partir en vacances. De quoi les évader à quelques jours de la rentrée des classes comme Kaïm. "Ce sera super et je suis pressé de m'amuser avec plein de copains. Je vais rester dans l'eau toute la journée" prévoit-il. 

À 10 ans, le jeune garçon s'est inscrit avec son frère Akim au début de l'été dans un centre de loisirs à Champigny-sur-Marne, gratuit pour les franciliens issus de quartiers défavorisés. Et pour sa dernière semaine là-bas, il termine en beauté en partant à Deauville avec le Secours Populaire. Sa maman Shazia, bénévole depuis trois ans pour le Secours populaire, va l'accompagner et fera partie des 1 500 encadrants pour la journée. "Ce sera la première fois que je vais à la mer en famille avec ma maman" confie Kaïm. 

Sans le dispositif, Kaïm et Akim n'auraient probablement pas pu bénéficier de cette journée à la plage cette année. 

Pour leur mère, pouvoir accompagner ses enfants la rend d'autant plus heureuse. "Toute l'année on travaille, on les voit à la maison mais pas ailleurs. Même si on n'arrive pas à les envoyer en vacances, avoir ce moment privilégié et le sourire sur le visage de ses enfants, c'est un privilège" confie-t-elle. "C'est une journée où on a pas de soucis, où tout s'arrête et où on se dit qu'on est comme les autres"

Une occasion pour ces enfants de changer d'air. Car selon le Secours Populaire, un enfant sur trois ne part toujours pas en vacances en France.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.