Le procès de ce militant d'Hébron questionne le pays.

Je fais campagne pour le respect des droits de l'homme et contre l'occupation de manière non-violente. Ils visent notre mouvement mais plus généralement tous ceux qui se mobilisent pour les droits de l'homme. Et veulent nous faire taire.

Nous sommes à Hébron et la voix que vous venez d’entendre est celle d'Issa Amro. Ce militant palestinien dans la ville d'Hébron en Cisjordanie risque 10 ans de prison. Une nouvelle audience de son procès a eu lieu hier. Il est notamment accusé par les autorités militaires israéliennes d'incitation à la violence. Une accusation qu'il rejette en bloc car c'est un partisan déclaré de la résistance non-violente. Cette affaire montre selon ses soutiens le climat délétère que font régner les autorités israéliennes sur les opposants à la colonisation. Le correspondant de RFI et France Inter, Nicolas Ropert l'a rencontré dans sa ville.

A chaque carrefour, les palestiniens l'arrêtent et prennent de ses nouvelles. Dans la vieille d'Hébron, tout le monde connait Issa Amro. Le militant à l'origine de l'organisation La Jeunesse contre les colonies, dénonce un procès politique contre lui.

J'ai toujours prôné la non-violence malgré tout ce qu'il peut se passer. Aujourd'hui, j'ai l'impression d'avoir un poids énorme sur les épaules. Je suis devant une cour militaire, sans aucun droit, condamné d'avance. Je sais que je vais payer le prix fort pour faire quelque chose qui est en accord avec le droit international.

Hébron est un symbole de la colonisation. 500 colons israéliens se sont installés dans la plus grande ville palestinienne, protégés par 1500 soldats de l'Etat hébreux. Emad Hamdan dirige le comité pour la réhabilitation de la ville.

Récemment encore, on a vu de sérieuses tentatives côté israélien pour agrandir la colonie et leur présence dans la ville. Ils veulent que Hébron deviennent une zone réservée aux juifs, ils veulent poursuivre la colonisation. Alors que nous luttons pour la garder et conserver le caractère palestinien de la ville.

Le procès contre Issa Amro n'est qu'un exemple parmi d'autres de la volonté du gouvernement israélien d'empêcher toute opposition à la colonisation estime Shillo Danosh, responsable de l'association pour les droits civils en Israel.

Un certain nombre de lois ont été votées ces dernières années pour essayer de limiter l'action des organisations de droits de l'homme, pour empêcher leurs activités. On veut nous empêcher d'agir et on stigmatise toutes les voix dissidentes pour les faire passer pour des agents de l'étranger.

Issa Amro a été laissé libre pendant la durée de son procès. Il continue d'accueillir des délégations internationales pour montrer sa ville d'Hébron qu'il promet de défendre jusqu'au bout.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.