L'usine Perrier de Vergèze dans le Gard, vient d'investir plus de 2 millions d'euros pour relier en train son usine d'embouteillage du Gard au port de Fos-sur-Mer d'où partent ses bouteilles destinées au marché d'Amérique-du-Nord.

Le chargement des conteneurs qui partent en train de l'usine Perrier de Vergèze, dans le Gard, en direction du port de Fos-sur-Mer
Le chargement des conteneurs qui partent en train de l'usine Perrier de Vergèze, dans le Gard, en direction du port de Fos-sur-Mer © Radio France / Manuel Ruffez

Quant une grosse entreprise fait le choix du rail pour transporter des marchandises, le pari n'est pas évident car l'investissement ne sera pas immédiatement rentable, mais l'usine Perrier de Vergèze dans le Gard viens de le faire.

Pour des raisons de fluidité de transport et de développement durable, l'usine vient d'investir plus de 2 millions d'euros pour relier en train son usine d'embouteillage du Gard au port de Fos-sur-Mer d'où partent ses bouteilles destinées au marché d'Amérique-du-Nord. 

Objectif : 30 000 poids-lourds en moins sur cet itinéraire long d'une centaine de kilomètres, et donc une réduction des émissions de gaz à effet de serre chiffrée à 2 500 tonnes de CO2.  Cette nouvelle liaison ferroviaire vient tout juste d'être inaugurée. 

C'est désormais sur un train électrique que sont acheminées les bouteilles destinées au marché nord-américain de l'usine d'embouteillage Perrier au port de Fos-sur-Mer. Un train de 54 conteneurs par jour soit l'équivalent de 30 000 camions
C'est désormais sur un train électrique que sont acheminées les bouteilles destinées au marché nord-américain de l'usine d'embouteillage Perrier au port de Fos-sur-Mer. Un train de 54 conteneurs par jour soit l'équivalent de 30 000 camions © Radio France / Manuel Ruffez

Pour des raisons de sécurité, on ne peut pas s'approcher. Mais à quelques mètres de nous, au cœur de l'usine Perrier de Vergèze, sur un espace flambant neuf, une sorte de grue élévatrice ou Stacker, soulève les conteneurs un par un pour les poser sur les wagons d'un train dédié à ce type de transport.

Au total, chaque jour, c'est désormais un train électrique de 750 mètres de long, transportant 54 conteneurs qui part de l'usine pour rejoindre le port de Fos-sur-Mer. Objectif, plus de bouchons, plus de poids-lourds, plus de gaz à effet de serre.

Un but environnemental mais aussi économique

Mais la logique est également économique, pour un site dont la production augmente tous les ans de 10 à 15%. Sa directrice Sylvie Yvon : "On est sur une marque qui est en pleine croissance. On a besoin de s'assurer que le site est toujours en capacité d'évacuer les productions. Nous avons aussi un port de Fos qui est saturé, donc le fait d'utiliser un train container permet de cadencer les mouvements et de s'assurer qu'on parte d'ici au meilleur moment et qu'on arrive sur le port de Fos au meilleur moment, donc avec un train conteneur on éviter l'afflux massif de camion sur le même horaire."

La Région Occitanie a même financé à hauteur de 200 000 euros la remise en état des embranchements ferroviaire.

Jean Denat, conseiller régional : "Les enjeux aujourd'hui de la protection de l'environnement, le enjeux de la sécurité sur les routes, de cette diminution également de notre consommation énergétique, sont fondamentaux et dans notre région plus qu'ailleurs car c'est une région dans laquelle il faut protéger ces ressources-là, protéger la qualité de vie des habitants. C'est une région qui pour nous doit être une destination touristique importante il faut préserver absolument cette qualité de vie et la sécurité nos populations."

C'est également un enjeu en termes d'emploi : le site vient d'embaucher 200 nouveaux salariés. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.