Alors que s'ouvre à Johannesburg le 26 septembre la Conférence internationale sur les espèces protégées, le pays équipe ses rangers pour protéger ses parcs nationaux.

Rhinocéros, Kruger National Park
Rhinocéros, Kruger National Park © Getty / Richard du Toit

Ces hommes sont employés comme rangers, mais ils font un travail de soldats. Nous avons des psychologues pour soigner les syndromes de stress post traumatique, car nous ne voulons pas qu’ils soient trop affectés mentalement.

Nous sommes En Afrique du Sud, dans le Parc National du Kruger, et vous venez d’entendre le général Johan Jooste. Les rangers en charge de la conservation se battent au quotidien contre le braconnage avec des moyens de plus en plus sophistiqués. Grand comme la Belgique, le Parc National du Kruger concentre la plus importante population de rhinocéros au monde. Entre 8400 et 9400 de ces animaux y vivent. Mais ceux-ci sont pourchassés pour leur corne, vendues en poudre, pour plusieurs milliers d’euros le gramme, sur le marché asiatique où la croyance traditionnelle leur accorde de supposées vertus curatives. Face à des gangs aux méthodes paramilitaires, les rangers doivent maintenant se préparer comme à la guerre. Un enjeu majeur Alors que s'ouvre en Afrique du Sud la dix-septième session de la Conférence des Parties (Cop17) de la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction. Liza Fabbian, correspondante en Afrique du Sud

Jour et Nuit, les rangers arpentent l’immensité sauvage du parc Kruger sur la piste des braconniers. Le sud de la réserve est particulièrement sensible… c’est là que vivent la majorité des rhinocéros.

Ancien militaire à la retraite, le général Johan Jooste y supervise les opérations :

Cette partie du parc est équipée pour la prochaine décennie… avec des infrastructures, avec de la technologie, pour protéger le cœur de la population mondiale de rhinocéros. Chaque poste de ranger a été aménagé, pour y faire décoller des hélicoptères de nuit, pour pouvoir héberger des éléments de la police ou de l’armée… pour accueillir les brigades canines, et pour stocker de l’équipement sensible.

Avec l’explosion du braconnage des rhinocéros ces dernières années, le travail des rangers a bien changé comme en témoigne le chef ranger Nicholus Funda.

Le Parc du Kruger n’est pas un allié… en terme de taille, en terme de température, et à cause des braconniers qui s’y infiltrent chaque jour. Nous équipons nos gars avec des armes, pour deux raison : d’abord pour les protéger contre les animaux sauvages. Il est arrivé qu’un éléphant piétine un de nos hommes. Et deuxièmement, je veux protéger mes rangers contre les braconniers, qui viennent dans le parc avec des armes de gros calibre.

Au centre de Contrôle des opérations anti-braconnage, Charmaine Swart se tient devant un immense écran … Une carte satellite du parc, qui affiche en temps réel les informations envoyées par les rangers…

Ces petits points noirs représente la piste de braconniers, qui a été découverte par l’un de nos rangers de terrain. Ces petits points jaunes représentent les carcasses de rhinocéros… Nous pouvons compiler ces rapports et suivre les tendances au jour le jour, c’est (un progrès) historique.

La lutte contre le braconnage se chiffre en millions d’euros… autant d’argent qui n’est plus alloué directement à la conservation…

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.