Les salariés de Mc Donald's manifestent ce 23 octobre devant le siège français de la chaîne de restauration rapide. Les syndicats dénoncent des conditions de travail inhumaines, ils réclament une revalorisation des salaires et la fin des temps partiels subis.

Nous sommes soumis à des cadences infernales, forcés de rester debout, sans pause, jusqu'à cinq heures d'affilée.
Nous sommes soumis à des cadences infernales, forcés de rester debout, sans pause, jusqu'à cinq heures d'affilée. © Maxppp / Nicolas Kovarik

Léo* a 27 ans et déjà huit ans de carrière chez Mc Do, un job étudiant devenu son métier. Titulaire d'une licence en sciences de l'éducation, il a abandonné ses études, devenues inconciliables avec cet emploi, même à temps partiel.

Nous sommes soumis à des cadences infernales, forcés de rester debout, sans pause, jusqu'à cinq heures d'affilée. L'ambiance est très agressive, les managers nous crient dessus devant les clients, avec parfois des mots très durs comme "je vais te mettre une cartouche",  "je vais le tuer"...

Sans compter les clients agressifs, à qui les managers donnent systématiquement raison selon Léo. Le jeune homme a de plus en plus de mal à subir ces pressions, ils s'estime "usé" physiquement et psychologiquement, par ce travail qu'il a du mal à quitter.

Avec huit ans d'ancienneté, j'ai quelques avantages et une certaine sécurité, que je ne retrouverai pas ailleurs. Et j'ai besoin de Mc Do pour vivre. Mais d'année en année, les conditions de travail se détériorent. On nous en demande toujours plus.

Représentant syndical, Léo milite pour une revalorisation du salaire de base, jusqu'à 13€ de l'heure, le tarif minimal selon lui pour pouvoir concilier études et temps partiel, la seule option possible pour les équipiers du bas de l'échelle, les temps pleins étant réservés aux postes à responsabilité. 

De son côté Mc Donald's se dit très attachée au dialogue social. L'enseigne rappelle qu'elle s’apprête à créer "à nouveau" 2.000 emplois sur l'ensemble du territoire. La chaîne est en tête du palmarès des entreprises qui recrutent en France, en CDI dans 80% des cas.

* Le prénom a été changé

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.