Après un premier coup de rabot, en juillet, pour les bénéficiaires dont le loyer est jugé trop élevé, c'est leur patrimoine qui sera bientôt passé au crible.

 Avec la réforme des APL au 1er octobre, le gouvernement veut économiser plus de 225.000 euros d'ici la fin de l'année.
Avec la réforme des APL au 1er octobre, le gouvernement veut économiser plus de 225.000 euros d'ici la fin de l'année. © Maxppp / Vincent Isore

S'il est supérieur à 30.000 euros, le montant des APL sera diminué, voire supprimé dès le 1er octobre.

Le gouvernement veut ainsi économiser plus de 225 millions euros d'ici la fin de l'année.

• Précision apportée, par le ministère du logement, quant au reportage sur le sujet diffusé ce vendredi 23 septembre :

La réforme des APL - aides personnalisées au logement - ne concerne pas les titulaires de l’allocation adulte handicapé, mais uniquement les personnes payant un loyer anormalement élevé, celles ayant un certain niveau de patrimoine ou celles dont le foyer fiscal est assujetti à l’ISF.

Elle ne s’applique pas aux personnes âgées dépendantes en maison de retraite, ni aux titulaires de l’Allocation Adulte Handicapé. Ce que le reportage de ce matin a pu laisser penser.

La personne - atteinte de trisomie citée en exemple dans le reportage - ne bénéficie pas, en l'occurrence, de l'allocation Adulte Handicapé. Mais elle sera bel et bien concernée par la baisse de ses APL.

Le gouvernement précise qu'il veut pérenniser la plus importante aide sociale en France, dont le volume est en augmentation régulière. Il veut la rendre plus pertinente et plus juste socialement en "modulant ou en supprimant les aides pour une minorité d’allocataires, dont le niveau de revenus ou la situation patrimoniale rend moins nécessaire le recours à la solidarité nationale." Une partie des associations d'aide aux plus démunis ne partage pas le même avis.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.