Elles avaient été déboutées en première instance. Treize personnes s'estimant victimes de contrôles au faciès retournent cet après-midi devant le Tribunal de Grande instance de Paris pour tenter de faire condamner l'État et le ministre de l'Intérieur pour faute lourde.

Ces personnes espèrent que l'on reconnaîtra la discrimination qu'elles disent avoir subie.

Catherine Duthu a rencontré l'un des plaignants et une association qui le soutient.

Le colectif Stop aux contôles au Facies mène des actions, comme ici aux Halles à Paris
Le colectif Stop aux contôles au Facies mène des actions, comme ici aux Halles à Paris © MaxPPP/Christophe Petit Tesson

__

En France, les personnes perçues comme "noires" et "arabes" sont contrôlées respectivement six et huit fois plus que celles perçues comme "blanches", selon une étude menée en 2009 à Paris par le CNRS et l'ONG Open Society Justice Initiative.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.