Par Delphine Simon

A propos des salaires des enseignants, Vincent Peillon, le ministre de l’Education déclarait le 13 décembre dernier sur France Inter, au micro de Patrick Cohen :

Le modèle allemand qui est souvent pris : les professeurs allemands sont payés 20% de plus qu’en France, mais ils ont 25 heures de cours et les chefs d’établissements doivent enseigner ; Et les professeurs sont bivalents, ils font deux disciplines

Quel crédit accorder à cette déclaration ?

Vincent Peillon
Vincent Peillon © Radio France

C’est faux : la différence est encore plus forte entre les salaires des professeurs allemands et français que ne le dit Vincent Peillon. Dans l’enseignement primaire, le salaire annuel statutaire (c'est-à-dire hors primes) des professeurs allemands, représente pratiquement le double de celui de leurs collègues français. Un écart qui a tendance à se réduire un peu en fin de carrière, mais on n’atteint toujours pas les 20% dont parle Vincent Peillon.

Dans le secondaire, selon les chiffres de l’OCDE, le salaire moyen d’un enseignant allemand de collège après 15 ans d’exercice est de 61 000 euros par an. En France, c’est environ 35 000 euros.

Cette courbe des salaires a plutôt tendance à s’accentuer depuis 15 ans : dans les 2/3 des pays de l’OCDE, les rémunérations des enseignants ont augmenté, ce qui n’est pas le cas en France, où les salaires ont baissé depuis 10 ans, hors inflation.

- Deuxième affirmation de Vincent Peillon : les enseignants allemands donneraient plus d’heures de cours que les Français.

C’est vrai, sauf à l’école primaire. Les instituteurs français sont parmi ceux qui font le plus d’heures de cours d’Europe occidentale : 918 heures par an. En Allemagne, c’est seulement 805 heures, explique Eric Charbonnier, expert sur les questions d’éducation à l’OCDE.

Les enseignants du primaire passent plus de temps devant les élèves en France qu’en Allemagne. Par contre, dans le secondaire, il est exact que le statut des capesiens et des agrégés, qui réalisent 18 et 15 heures de cours par semaine, travaillent moins devant leurs élèves que leurs homologues allemands. Mais ils vont travailler aussi en dehors de la classe, à préparer leurs cours, à corriger leurs copies… C'est-à-dire que leur temps de travail est finalement organisé différemment en France et en Allemagne. Quand on parle de salaires du simple au double, on comprend aujourd’hui que la France a des problèmes d’attractivité vers le métier d’enseignant, alors que l’Allemagne en a beaucoup moins. En effet, on pourrait dire qu’il y a des écarts de salaires qui peuvent se justifier par rapport au temps de travail devant les élèves, mais si on regarde le temps de travail total, ces écarts de salaires ne se justifient pas.

Il est vrai qu’en Allemagne, les professeurs enseignent en général deux matières et qu’ils ont étudié à l’université, contrairement à la France. Quant aux chefs d’établissement allemands, s’ils donnent cours, c’est surtout à l’école primaire. Notez que c’est au Luxembourg, au Danemark et en Autriche que les professeurs sont le mieux payés et en Estonie, en Hongrie et en Pologne que leurs salaires sont les plus bas.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.