Un reportage de Sandrine Oudin

C'est une des conséquences de l'ambiance anxiogène ressentie par la communauté juive. Si, par mesure de sécurité ou par peur des agressions, certains choisissent de ne plus porter la kippa en public, d'autres optent pour une solution inattendue voire surprenante :la "kippa-perruque", une sorte de kippa postiche qu'ils commandent sur mesure, avec des cheveux à cliper sur la tête en toute discrétion.

> En février 2015, Sébastien Laugénie réalisait un reportage sur la kippa postiche à Jérusalem

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.