Le parcours de la prochaine édition du tour de France sera dévoilé peu après midi, ce jeudi, au palais des congrès de Paris. Mais d'ores et déjà on connaît des deux dernières étapes des Alpes, à 48 heures de l'arrivée finale.

Présentation de la 19e étape du Tour de France 2019, au sommet du Col de l'Iseran le 25 octobre 2018.
Présentation de la 19e étape du Tour de France 2019, au sommet du Col de l'Iseran le 25 octobre 2018. © Radio France / Fabrice Rigobert

Le tour s’élancera de la Grand Place de Bruxelles le 6 juillet prochain pour rendre hommage au quintuple vainqueur du Tour Eddy Merckx. Il mettra ensuite le cap au sud. 

Jusqu’au bout les organisateurs ont voulu, comme chaque année, maintenir le secret le plus longtemps possible sur la course qui s'achèvera le 28 juillet à Paris.

Fabrice Rigobert a pu aller à la découverte des deux dernières étapes des Alpes, à 48 heures de l'arrivée finale. Un tour de France qui empruntera le plus haut col routier des Alpes avant le retour vers Paris.

Notre Dame de Toute Prudence, au sommet du Col de l'Iseran
Notre Dame de Toute Prudence, au sommet du Col de l'Iseran © Radio France / Fabrice Rigobert

Nous sommes dans la voiture de Thierry Gouvenou, le directeur de la course sur le tour est celui qui trace le parcours après une bonne heure et demi de route au départ de Saint Jean de Maurienne, nous voici arrivé au pied de la plus haute ascension de la grande boucle.

"Là on attaque le Col de l'Iseran, nous explique Thierry Gouvenou. On sort de Bonneval, c'est vrai qu'on a fait une partie en vallée, mais une vallée assez trompeuse parce qu'elle nous a quand même emmenés à 1 800 mètres, les coureurs vont commencer à manquer d'oxygène et il va quand même falloir monter jusqu'à 2 770 mètres, vraiment la grosse difficulté c'est cette altitude."

12,900 kilomètres d’effort, l’équivalent de l’Alpe d’Huez en partant de 1 800 mètres d’altitude. En haut, pas de végétation et des sommets environnants déjà enneigés. 

Dans son histoire le Tour a emprunté l’Iseran sept fois, la dernière en 2007, et une fois seulement de la vallée de la Maurienne vers la vallée de la Tarentaise. Vertigineux, avant la montée finale vers Tignes à 2 113 mètres, abordée par une portion de route inédite en dessous du barrage.

Montée finale en direction de Tignes, terme de la 19e étape du Tour de France 2019
Montée finale en direction de Tignes, terme de la 19e étape du Tour de France 2019 © Radio France / Fabrice Rigobert

Une fin de tour la tête dans les nuages, pour fêter le centenaire du maillot jaune, y compris le lendemain avec La 20e  étape, entre Albertville et Val Thorens, plus haute station de ski d’Europe où l’arrivée sera jugée bout d’une montée de 32 kilomètres… à 2365 mètres d’altitude, pour le plus grand bonheur du Maire des Belleville, André Plaisance : "Le dernier kilomètre est assez sympa ! On pense aux coureurs parce que déjà le parcours ça va être assez sélectif, quand ils vont arriver au pied de la montée là il reste 1 km certes, c'est pas très long mais alors qu'est-ce que ça va être difficile."

André Plaisance attendait depuis quatre ans la bonne nouvelle pour sa station visitée une seule fois par le tour en 1994. Val Thorens qui souhaite développer son activité l’été autour du vélo précise Bruno Gabet, le président de l’office de Tourisme : "On va avoir l'étape du Tour cyclotourisme une semaine avant, donc on a des projets à présenter à cette occasion. On sait qu'il y a des destinations d'été comme l'Alpe d'Huez ou le Ventoux qu'il serais très compliqué de concurrencer, mais on a envie de s'inscrire sur la durée, de faire venir de plus en plus de cycliste à Val Thorens et de proposer un vélo différent."

Val Thorens sera la troisième arrivée la plus haute de l’histoire du tour après l’Izoard et le Granon, la veille du final des champs Élysées. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.