Beaucoup de béton et peu d'espaces verts, une circulation et des climatisations qui rendent l'air encore plus étouffant, des logements plus étroits et moins "frais" : la chaleur est moins supportable dans les grandes villes qu'à la campagne. À Paris, certains choisissent carrément de prendre le large quelques jours.

La petite Jeanne, à son arrivée à La Rochelle, "à la fraîche"
La petite Jeanne, à son arrivée à La Rochelle, "à la fraîche" © Radio France

"J'ai préparé un bain à 33 degrés !" Devant l'air rigolard de sa compagne, Hélène, qui lui fait remarquer qu'"un bain à 33°, c'est frais", Antoine ne se démonte pas. Ce trentenaire parisien, jeune papa, est inquiet pour sa fille de 10 mois qui s'agite dans la baignoire. "C'est sa première canicule, ce n'est pas rien ! Nous fermons les rideaux, mais dans notre appartement et dans sa chambre, la température peut monter jusqu'à 30 degrés et nous avons du mal à la faire redescendre : j'ai insisté pour quitter Paris".

"Si on doit quitter Paris dès qu'il fait plus de 35 degrés..."

"C'est vrai qu'on crève de chaud dans notre logement", acquiesce Hélène, même si elle trouve que partir est un brin excessif : "moi je me disais que ce n'était pas forcément nécessaire. Si on doit quitter Paris dès qu'il fait plus de 35 degrés ... j'ai peur qu'on ne s'en sorte pas". En ont-ils débattu ? "Pas vraiment, il a pris les billets de train en mon absence", rigole-t-elle, "mais je pense finalement que c'est la bonne décision : ça va nous éviter les transports en commun. Nous prenons deux bus bondés et très chauds pour emmener notre fille à la crèche".

La valise, dans le salon, est prête : le couple, qui a réussi à poser quelques jours de congés au dernier moment, part en train pour La Rochelle, sur la côte atlantique. "J'ai de la famille là-bas, explique Antoine, ça permet d'aller dans une maison plus grande, plus fraîche et dans laquelle notre fille pourra dormir plus paisiblement". Le retour sur Paris est prévu pour ce week-end, après le pic de chaleur.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.