En 2002, près d'1 million et demi de personnes avaient défilé contre Jean-Marie Le Pen. Quinze ans plus tard, la mobilisation s'annonce plus faible : reportage à Sciences-Po Paris.

Dans les couloirs de Sciences-Po Paris, la mobilisation avant le second tour est bien moins forte qu'en 2002
Dans les couloirs de Sciences-Po Paris, la mobilisation avant le second tour est bien moins forte qu'en 2002 © AFP / Franck Fife

Il y a aura finalement pas sur de manifestation unitaire symbolique contre le FN le 1er mai prochain. Contrairement à 2002, la CGT et la CFDT n'ont pas pu s'entendre . A l'époque pourtant, près d'1 million et demi de personnes avaient défilé le jour de la fête du travail dans toute la France contre Jean-Marie Le Pen.

15 ans plus tard, la mobilisation s'annonce beaucoup moins forte. Il suffit pour cela de se rendre à Sciences-Po Paris : en 2002, les étudiants de l'école étaient en tête des cortèges dès le lendemain du 1er tour. Aujourd'hui, ils semblent un peu perdus.

►LIRE AUSSI | L’entre-deux-tours : c’était comment en 2002 ?

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.