Milan aussi peine à gérer les réfugiés qui continuent d'arriver depuis la Sicile.

Accueil de réfugiés à la gare de Milan, juin 2015
Accueil de réfugiés à la gare de Milan, juin 2015 © Getty / Awakening/Getty Images

Le nombre d’arrivées a explosé avec les débarquements de cet été. En Lombardie la situation est très critique. Les structures d’accueil ne font plus face !

Nous venons d’entendre Simona Bordonali de la Région Lombardie, adjointe en charge des questions de sécurité et d’immigration. Milan la capitale économique de l’Italie et capitale de la région Lombardie jusqu’ici était présentée comme un modèle pour l’accueil des réfugiés. Mais face à l’ampleur de la crise migratoire, et ses répercussions en Italie, il semblerait que même Milan soit débordée. En effet, les migrants continuent d’affluer depuis la Sicile. Tandis que les frontières des pays voisins de l’Italie se sont fermées. Résultat : 160.000 migrants stationnent dans le pays. Un record. Le reportage de notre correspondante Mathilde IMBERTY

En cette fin septembre, les bénévoles milanais auprès des migrants ne cachent pas leur fatigue. Dans le centre géré par le Projet Arca près de la Gare les matelas sont à touche – touche. Il y a eu cet été jusqu’à 500 arrivées par jour à Milan précise Fabio PISANI l’un des responsables.

Une partie de ces migrants échappe aux contrôles du Ministère de l’Intérieur et remonte la péninsule jusqu’ici. Le bouche à oreille fait son travail. Milan a la réputation d’avoir de bonnes structures. Et stratégiquement la ville se situe près des frontières. Mais les frontières sont fermées. Alors ils tentent leur chance, ils n’arrivent pas à traverser et ils reviennent dans nos centres d’accueil.

Des frontières opaques. Vers Vintimille et la France. Vers Come et la Suisse. Vers Bolzano et l’Autriche. Résultat : après un été de débarquements continus en Sicile 160.000 réfugiés stationnent en Italie. Amar a fui la Syrie

Je suis arrivée en Sicile au mois d’août, je suis à Milan depuis 3 semaines. J’ai en tête de partir en Suisse ou en Allemagne où j’ai des proches. Je veux le faire pour mes enfants de 10, 13 ans et 15 ans. Maintenant je voudrais qu’ils aillent à l’école.

Les migrants qui veulent quitter l’Italie n’y déposent pas de demandes d’asile. Ils ne sont donc pas pris en compte dans le plan qui répartit les réfugiés par région. Un plan selon lequel en 2016 la Lombardie devra accueillir 24 000 réfugiés contre 21 000 aujourd’hui. La Ligue du Nord – parti d’extrême droite - qui gouverne la Lombardie s’insurge. Simona Bordonali l’adjointe régionale à l’immigration.

Les régions frontalières – la Lombardie et la Ligurie – ont déposé une proposition au gouvernement. Pour que dans les quotas dans les régions ils tiennent compte de ces personnes qui ne sont pas enregistrées, mais qui restent bloquées chez nous !! La région Lombardie est déjà celle qui accueille le plus d’étrangers, ça pose des problèmes en termes de cohabitation et d’intégration.

De l’autre côté de l’échiquier politique, le Maire de Milan du Parti Démocrate a lui aussi saisi Rome. Le gouvernement lui peste contre des voisins européens qu’ils jugent décidément peu solidaires.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.