Un reportage de Yann Gallic

Roms, les "déplacés européens"
Roms, les "déplacés européens" © Nour-Eddine Zidane

Les uns après les autres, ces camps de Roms sont évacués. Dernier exemple hier matin à Evry, dans l'Essonne. Pour le ministère de l'Intérieur, cette expulsion se justifiait au vu de la situation sanitaire des lieux, qualifiée "d'insupportable".

Le 9 août dernier, deux camps avaient déjà été démantelés par la police à Hellemmes et Villeneuve d'Ascq dans l'agglomération lilloise. Près de 200 Roms s'étaient retrouvés à la rue sans proposition de relogement. Aujourd'hui, ils attendent toujours une solution.

Nous sommes à Hellemmes, dans la banlieue lilloise : une petite route, le long de la voie ferrée avec, en contrebas, des tentes et des caravanes. Une vingtaine de Roms ont trouvé refuge à quelques kilomètres seulement de leur ancien campement évacué début août. Ces familles vivent là sans eau ni électricité ; les enfants courent pieds nus au milieu des ordures.

Venu de Roumanie, Aurèle s'est installé ici il y a quatre ans avec sa femme, sa petite-fille et son fils scolarisé dans la région.

Interview d’Aurèle

__

Tous les jours, Marie-Noëlle Briand vient rendre visite aux familles. Elle leurs apporte un peu de nourriture et des vêtements. Marie-Noëlle est bénévole à l'Atelier solidaire, une association qui s'occupe de l'insertion des Roms.

Interview de Marie-Noëlle Briand

__

Les Roms expulsés de leur campement se sont dispersés dans l'agglomération lilloise, en attendant des propositions d'hébergement.

Michel-François Delannoy, maire socialiste de Tourcoing et vice-président de la communauté urbaine de Lille.

Interview de Michel-François Delannoy

__

La communauté urbaine a prévu d'aménager au moins quatre sites pour accueillir les familles de plus en plus nombreuses, car on compte aujourd'hui une trentaine de campements illicites et près de trois mille Roms dans l'agglomération lilloise.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.