Sophia commencera à creuser d'ici la fin de l'année. Sophia c'est le petit nom du tunnelier en cours d'installation à Rosny, dans le quartier de la Dhuys. Le chantier est titanesque. Depuis 3 ans, les travaux préparatoires bruyants et les convois exceptionnels se succèdent pour pouvoir installer le foreur géant.

Au pied du 25 rue Lucien Piron à Rosny, un trou gigantesque pour les travaux de prolongement de la ligne 11 du métro.
Au pied du 25 rue Lucien Piron à Rosny, un trou gigantesque pour les travaux de prolongement de la ligne 11 du métro. © Jean Claude Deloménie

La ligne 11 dessert actuellement la station "Chatelet" à "Mairie des Lilas". Le chantier va la prolonger jusqu'à Rosny-sous-Bois. Le chantier se déroule depuis 2016 au milieu des immeubles, où les riverains oscillent entre lassitude et fascination. 25 rue Lucien Piron à Rosny-sous-Bois, au pied d'un immeuble de 18 étages le trou béant, impressionne même Nils Raynaud, de la RATP. "Ça fait une trentaine de mètres de large et une trentaine de mètres de profondeur. Et c'est par là que nous allons faire rentrer le tunnelier. Nous sommes au croisement des communes de Rosny-sous-Bois, Noisy-le-Sec et Montreuil". 

Impossible évidemment de mener un tel chantier dans le silence. Autour, ce sont environ un millier de riverains - locataires d'immeubles ou résident de pavillons - qui en prennent plein les oreilles. Et qui fatiguent, comme Nacer qui vit au 17e étage, ou Simone qui habite un HLM voisin. "Surtout le soir, dès fois ils restent tard, jusqu'à minuit, une heure du matin" raconte Nacer. "Là ça devient insupportable. Et puis ils commencent très tôt. mais qu'est ce que vous voulez y faire !"

"Bam Bam" font les camions et les pelleteuses

"Les plus gros travaux sont en face de ma chambre. C'est pour vous dire comment je les entends ! " s'énerve Simone. Elle entend le bruit à partir de 4 heures du matin : "Les camions qui grincent qui grincent. C'est impossible ce bruit. On n'arrive pas à dormir. Et puis les bruits sont continus !". 

Au pied du 25 rue Lucien Piron à Rosny sous Bois, chantier en cours
Au pied du 25 rue Lucien Piron à Rosny sous Bois, chantier en cours © Radio France

- "T'as entendu ce matin, à 6 heures ?" demande Gisèle à Jean-Claude, son voisin. "Bam bam ! Pas la cimenterie  : les camions et la pelleteuse". - "J'avais peut être des boules Quiès" réplique Jean-Claude.
- "On va encore le signaler" dit Gisèle, "parce que nous avons des réunions, avec la RATP". 

Réunions tous les mois effectivement avec la mairie et les policiers municipaux. "C'est un chantier où l'on ne peut pas totalement supprimer le bruit. Mais tous ces éléments-là nous permettent d'identifier quels sont, parmi tous les bruits du chantier, ceux qui sont les plus gênants ; et de voir si on peut travailler sur ces bruits, et comment on peut améliorer la situation". explique Nils Raynaud, directeur délégué du projet de prolongement de la ligne 11 du métro. 

Et c'est efficace pour Gisèle : "Le ventilateur qui était juste en bas, qui faisait un bruit pas possible... Quand on leur a dit, ils l'ont déplacé", admet cette riveraine. "Oui quand même, ils nous écoutent". Au point de proposer - les jours de livraisons des grosses pièces - des nuits d’hôtels aux locataires du 25 rue Piron, directement exposés. Peu de familles au bout du compte ont utilisé ce joker. Une bonne initiative, pour Nacer, "mais quand on est à 4 ou 5 ça n'est pas facile de déménager quelques nuits en hôtel".

Fascinant chantier malgré tout

Malgré toutes les nuisances, les riverains suivent passionnément l'avancée du chantier. Sandrine - dont la fenêtre au 2e étage donne sur le chantier - fait des photos par exemple. "C'est aussi un spectacle, c'est grandiose à voir. Quand on voit la roue de coupe qui arrive, qui est bâchée, mise sur place, c'est fascinant.  Malgré les désagréments que cela peut causer, on a quand même le privilège d'avoir une vue directe sur la technologie d'aujourd'hui. Et puis moi j'ai un petit garçon de 3 ans qui est fan !"

Gisèle, elle, s'émerveille : "Je vais vous dire : jamais je n'aurais cru qu'un jour je verrais la construction d'un métro, d'une station de métro. Tous les convois exceptionnels le soir j'y suis ! J'ai 70 ans, mais c'est quelque chose qui me fascine. Le tunnelier là... c'est quelque chose de super !" Elle et son ami Jean Claude avouent également ne rater aucun convoi exceptionnel. Impatience à peine masquée  : l'arrivée du métro à Rosny-sous-Bois est pour eux synonyme de désenclavement. "J'espère que je serai toujours vivante quand ils le mettront en service. Parce que là ce serait vexant d'avoir subi tout cela sans en bénéficier."

Quartier la Dhuys, à Rosny-sous-Bois, le tunnelier Sophia est en cours d'installation au milieu des immeubles. Il va creuser la prolongation de la ligne 11 du métro
Quartier la Dhuys, à Rosny-sous-Bois, le tunnelier Sophia est en cours d'installation au milieu des immeubles. Il va creuser la prolongation de la ligne 11 du métro © Radio France
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.