Par Delphine Simon

arnaud montebourg juge que jose manuel barroso est le "carburant du front national"
arnaud montebourg juge que jose manuel barroso est le "carburant du front national" © reuters

Les Européens sont-ils vent debout contre la mondialisation ?

C'est ce qu'Arnaud Montebourg affirmait dimanche dernier dans l’émission Tous Politique sur France Inter :

Quand vous avez des gens comme monsieur Barroso qui déclare : ‘l’exception culturelle à la concurrence, à la mondialisation alors qu’il y a 75% des Français qui sont contre la mondialisation telle qu’elle existe et que vous avez à peu près vous avez la quasi-totalité des pays européens qui sont réticents à la mondialisation et de façon ultra majoritaire, y compris l’Allemagne ce qui est incroyable.

75% des Français sont opposés à la mondialisation : vrai ou faux ?

C'est assez mystérieux, ce 75%...

A l’appui de la déclaration du ministre du Redressement productif, son cabinet produit un sondage IFOP de janvier 2013 selon lequel 71% des Français voudraient que le gouvernement aide les entreprises à relocaliser en France.

Il y a plus qu’une nuance entre relocaliser et être vent debout contre la mondialisation. C’est un sacré raccourci. A vrai dire, les enquêtes d’opinion ne posent jamais la question de savoir si l’on est pour ou contre la mondialisation. En général, les personnes sondées sont interrogées sur leur perception du phénomène ou encore sur ses conséquences.

De ce point de vue, les Français sont plutôt partagés : 45% seulement pensent que la mondialisation a des effets négatifs sur notre économie, à en croire un sondage TNS Sofres de 2012. On est assez loin des 75% d’opposants revendiqués par Arnaud Montebourg.

- Arnaud Montebourg affirmait aussi que les Européens sont majoritairement contre la mondialisation, y compris les Allemands.

Là encore, c’est faux. Je me suis replongée dans la dernière étude Eurobaromètre de 2012 et il en ressort que seul 35% des Européens pensent que la mondialisation plombe la croissance. Dans 19 pays européens sur 27, ils sont au contraire une majorité à penser que la mondialisation est une bonne chose pour leur économie.

C’est dans les pays nordiques que l’on est le plus enthousiaste : au Danemark, comme en Suède, ils sont près de 80% à penser que la mondialisation est un facteur de croissance.

En Allemagne, c’est un peu moins, mais quand même : 67% des Allemands en ont une image positive. On est bien loin de ce qu’affirme Arnaud Montebourg !

Il faut dire que cela fait déjà 50 ans que Volkswagen est présent au Brésil, 25 ans en Chine. L’Allemagne a fait des réformes pour renforcer sa compétitivité et la mondialisation lui a plutôt réussi.

En Europe, les opposants les plus farouches se trouvent plutôt en Grèce : 71% ont un avis négatif. C’est le cas, aussi, mais dans une moindre mesure, en Italie et à Chypre.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.