Le paquebot géant, long de 345 mètres, affronte quatre maxi-trimarans dans une course événement : "The Bridge".

Le Queen Mary 2 a été mis en service en 2004.
Le Queen Mary 2 a été mis en service en 2004. © Radio France / Jérôme Val

C'est un face à face étonnant que propose la course "The Bridge", qui a commencé dimanche soir à Saint-Nazaire en direction de New-York. D'un côté, quatre maxi-trimarans "Ultime", dont deux pilotés par les champions Thomas Coville et Francis Joyon. De l'autre, l'un des plus grands et des plus prestigieux paquebots du monde : le Queen Mary 2, ses passagers et son équipage.

Les passagers peuvent circuler sur 17 ponts
Les passagers peuvent circuler sur 17 ponts © Radio France / Jérôme Val

Le paquebot, bâti à Saint-Nazaire, sillonne l'Atlantique à la vitesse de 29 noeuds (un peu plus de 50km/h) et devrait arriver samedi matin à New-York. Cette course est une première pour ce navire de 150.000 tonnes, long de 345m, qui est une véritable ville flottante.

Théâtre, galerie d'art...

Capable d'accueillir jusqu'à 3.000 passagers répartis dans plus d'un millier de cabines, il dispose de tous les équipements nécessaires à un long voyage : un théâtre, des restaurants, un casino, une boîte de nuit, un cinéma, des jardins...

Le théâtre du paquebot peut accueillir plus d'un millier de spectateurs
Le théâtre du paquebot peut accueillir plus d'un millier de spectateurs © Radio France / Jérôme Val

Mais on y trouve aussi des équipements plus inattendus, comme une bibliothèque, une galerie d'art, un cabinet vétérinaire et même un centre de thalassothérapie, qui compte à lui seul 50 employés. Une broutille pour le paquebot, qui compte pas moins de 1.250 membres d'équipage.

Des concerts "impromptus" sont parfois organisés dans les halls du paquebot
Des concerts "impromptus" sont parfois organisés dans les halls du paquebot © Radio France / Jérôme Val

Cette vraie ville flottante, il faut la nourrir. Et là, c'est une incroyable logistique qui se met en marche pour allier l'indispensable au luxe. Pour découvrir ce qui se cache derrière les assiettes des huit restaurants du paquebot, il faut descendre dans ses entrailles.

Au premier étage, de longs couloirs sans fenêtres ni hublots, et de chaque côté, six gigantesques frigos et congélateurs, avec des cartons jusqu'au plafond. Et un peu plus loin, le lieu stratégique pour une croisière de luxe réussie : les caves. On y trouve 35.000 bouteilles entassées, juste pour un aller-retour Europe/Etats-Unis. Un stock à écouler au plus vite, comme l'explique le sommelier en chef.

Cuisine hors normes

A quelques mètres de là, on pénètre dans un lieu qui ferait envie à n'importe quel chef : une cuisine longue d'une centaine de mètres, d'énormes cuves en inox, des fourneaux par dizaines. Ca virevolte, ça s'agite : le chef britannique goûte les plats avant de les servir. Chaque jour, des quantités à peine imaginables de nourriture sont englouties.

Les impressionnantes cuisines du Queen Mary 2
Les impressionnantes cuisines du Queen Mary 2 © Yvan Zedda / Sea & Co / The Bridge

C'est à Southampton, au sud de l'Angleterre, lieu de départ de sa traversée, que le paquebot a été chargé de sa nourriture. La démesure est partout, jusque dans l'assiette. De quoi donner parfois le tournis... et pas seulement à cause de la houle.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.