Plusieurs fois repoussées, les annonces de réforme de la voie professionnelle sont prévues pour ce lundi. Jean-Michel Blanquer doit présenter ses propositions pour "une transformation de la voie professionnelle", comme le dit le communiqué du ministère de l'Éducation nationale.

 Au lycée Prévert de Combs-la-ville (77), Jérémy est en bac pro "systèmes électroniques et numériques" et travaille sur les systèmes embarqués
Au lycée Prévert de Combs-la-ville (77), Jérémy est en bac pro "systèmes électroniques et numériques" et travaille sur les systèmes embarqués © Radio France / Sonia Bourhan

La voie "pro" souffre toujours d'une mauvaise image. Pourtant certaines filières sont en pointe. Ce sont ces formations, en totale adéquation avec le monde de l'entreprise que le gouvernement veut développer. 

Sonia Bourhan est allée au lycée des métiers Jacques Prévert à Combs-la-ville en Seine et Marne. 480 élèves, six filières professionnelles dont deux dans le domaine du numérique. 

Lycée des métiers, c'est un label qui garantit une qualité de formation. C'est ce qui redonne à la voie professionnelle une meilleure image, y compris auprès des entreprises.  

Dans ce lycée, les filières du secteur numérique font le plein chaque année

Jérémy passe un bac pro "système électronique et numérique" : "J'avais le niveau pour aller en général, mais comme j'en avais déjà un peu marre de faire des cours au collège déjà, parce qu'on ne faisait que de la théorie et qu'on restait toute la journée assis sur une chaise, quand j'ai vu qu'ici on avait de la pratique en bac professionnel et que ça ne permettait de manipuler des choses, ça nous change vraiment du cahier et du crayon."

Les élèves ont 22 semaines de stage et les professeurs aussi doivent se former en permanence. Jean-Michel Letellier est enseignant en "systèmes numériques" : "Pour nous, en tant qu'enseignants, il faut suivre. Il faut essayer de ne pas dire trop de bêtises, proposer du matériel qui est d'actualité, rester en contact au maximum avec les entreprises. Nous avons aussi la possibilité de nous former gratuitement par des stages en entreprise qui peuvent durer de deux jours à une semaine, par exemple."

Les filières professionnelles comptent beaucoup de décrocheurs. Dans ce lycée, Olivier Deschamps, le délégué aux formations, est très attentif à ce risque : "il y a des jeunes qui décrochent parce que ils ont trop de théorie, selon eux. Donc on les 'absorbe', on les met plus dans du professionnel pour les remotiver, pour les redynamiser. Par exemple chez nous on les met sur des projets de trottinette électrique et ils en sont très satisfaits."

La plupart des élèves poursuivent leurs études en BTS

Mais ce qui leur manque c'est un enseignement plus poussé dans les matières générales, c'est ce qu'il faudrait améliorer selon Vincent : "Il faut un peu augmenter le niveau d'anglais, il est un peu simple, c'est vraiment des bases." Même demande chez Alex : "Augmenter le niveau de l'enseignement général, histoire de nous mettre à un niveau un petit peu plus haut par rapport à la filière générale et technologique, surtout en maths et en physique."

Autre point à renforcer : le lien avec les entreprises. Des entreprises parfois frileuses pour accueillir les élèves. 

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.