Ce sont les pratiques marketing des compagnies pharmaceutiques qui sont visées. En encourageant les médecins à prescrire - voire à surprescrire- ces analgésiques hautement addictifs, elles sont accusées d'avoir précipité des millions d'Américains dans l'addiction aux médicaments ou aux drogues dures ou de synthèse.

Les laboratoires pharmaceutiques Johnson & Johnson et Teva comparaissent devant un juge pour avoir arrosé le marché de médicaments anti-douleurs addictifs que sont le tramadol, la codéine et l'opium.
Les laboratoires pharmaceutiques Johnson & Johnson et Teva comparaissent devant un juge pour avoir arrosé le marché de médicaments anti-douleurs addictifs que sont le tramadol, la codéine et l'opium. © AFP / GIPhotoStock / Cultura Creative

Le premier procès de grands fabricants d'opiacés débute ce mardi dans l'Oklahoma. Les laboratoires Johnson & Johnson et Teva sont accusés d'avoir promu ces médicaments alors même qu'ils en connaissaient les effets néfastes (Purdue Pharma, producteur de l'OxyContin a signé un accord et accepté de payer 270 millions de dollars). Ce devrait être le premier grand procès contre les laboratoires dans cette crise des opiacés déclarée "urgence de santé publique" par le gouvernement Trump fin 2017. 

Les plaintes accusent les fabricants d'avoir promu agressivement ces médicaments auprès du corps médical alors qu'ils connaissaient leurs effets addictifs et qu'ils auraient dû limiter leurs ordonnances à des maladies bien précises. Selon les derniers chiffres des Centres pour la prévention des maladies (CDC), quelque 70 000 Américains sont morts d'overdoses aux États-Unis, 10% de plus qu'en 2016.  

Dans des métropoles comme New York, les opiacés font désormais davantage de victimes qu'accidents de la route et homicides réunis. Cette explosion d'overdoses a contribué à faire baisser l'espérance de vie aux États-Unis en 2017, pour la troisième année consécutive. 

D'autres juridictions ont attaqué les firmes pharmaceutique pour des faits similaires : au moins 1 600 plaintes ont été enregistrées au niveau fédéral, supervisées par un juge de Cleveland, et des centaines au niveau des États, dont New York et le Massachusetts.  

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.